Gestation par autrui : la pandémie complique les conditions de transferts des bébés

Publié le : 25 mars 2020

La pandémie de coronavirus et les mesures de confinement qui l’accompagnent, interdictions de voyager, couvre-feux, fermetures d’écoles, affectent les homosexuels qui attendent des enfants par le biais de la maternité de substitution.

 

Un couple d’hommes, parents d’intention d’un bébé né ce mois-ci, est retenu aux États-Unis, ne pouvant obtenir les documents dont il a besoin pour rentrer en France. Le gouvernement américain a suspendu toutes les demandes de passeport, sauf pour les personnes en urgence vitale qualifiée et qui en ont besoin dans les 72 heures.

 

Un autre couple d’hommes vivant en France attend une petite fille en Amérique pour le mois prochain, mais leur demande d’autorisation de voyage aux Etats-Unis a été annulée et l’ambassade américaine ne répond pas.

 

De nombreux homosexuels sont confrontés à des problèmes similaires en Europe, avec des accouchements prévus aux États-Unis, au Canada ou au Mexique.

<p>Pink news, Lily Wackfield (23/03/2020)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres