Fin de vie : la Constitution du Massachusetts n’autorise pas le suicide assisté

22 Déc, 2022

Dans une décision rendue lundi, la Cour suprême du Massachusetts a déclaré que l’autorisation de prescrire une dose létale de médicaments à des patients, « mentalement compétents atteints de maladies en phase terminale », n’était pas protégée par la Constitution de l’Etat.

Par conséquent, « la loi sur l’homicide involontaire peut interdire le suicide assisté par un médecin sans porter atteinte aux protections constitutionnelles ». La décision finale sur le suicide assisté appartient à la législature de l’Etat selon la Cour .

Elle a également établi une distinction entre le suicide assisté par un médecin et le choix d’un patient de refuser un traitement médical ou une alimentation car « si le retrait ou l’arrêt des soins médicaux n’est pas la cause première du décès d’un patient, le suicide assisté par un médecin l’est » (cf.  L’arrêt volontaire de l’alimentation et d’hydratation : un suicide assisté qui ne dit pas son nom ?).

Cette décision fait suite à une plainte déposée en 2016 par le docteur Roger Kligler, médecin retraité atteint d’un cancer de la prostate lui causant des « douleurs chroniques », et un autre médecin qui craignait d’être poursuivi en cas de suicide assisté.

Plus d’une douzaine de projets de loi visant à légaliser le suicide assisté par un médecin ont été présentés à l’Assemblée nationale de l’Etat sans jamais aboutir au vote. En 2012, notamment, les électeurs ont rejeté un amendement « permettant aux patients en phase terminale de recevoir une dose létale de médicaments ».

Aux Etats-Unis, l’ « aide médicale à mourir » est autorisée dans 10 Etats et à Washington D.C. (cf. USA : le Maine légalise le suicide médicalement assisté), indique l’association militante Compassion and Choices (cf. Suicide assisté : l’Oregon dresse son bilan et s’ouvre aux autres Etats).

 

Source : AP, Mark Pratt (19/12/2022)

DERNIERES ACTUALITES
Fin de vie : « voyage d’observation » en Suisse

Fin de vie : « voyage d’observation » en Suisse

Vendredi, les deux ministres en charge du débat sur la fin de vie, Agnès Firmin Le Bodo et Olivier Véran, se sont rendus à Genève pour un « voyage d’observation ». Un groupe de députés et de sénateurs était également avec eux. Un acte non punissable et non un droit «...

Partager cet article

Toute l’actualité bioéthique
chez vous, gratuitement

Cochez vos choix :

En validant ce formulaire, j’accepte de recevoir les informations du site Gènéthique par email et accepte la politique de confidentialité