Euthanasie : une mère demande de relancer le débat

Publié le : 8 juillet 2011

Michèle de Somer, décédée le 1er juillet 2011 d’un cancer des poumons au CHU de Rouen, a écrit une lettre au président de la République, lui confiant son fils tétraplégique Eddy, âgé de 33 ans. "Monsieur le Président, je vous en supplie, prenez soin d’Eddy comme si c’était votre fils" écrit-elle dans ce courrier confié à son avocat, Me Fabien Picchiotino. Le président Nicolas Sarkozy a accusé réception de sa lettre et a confié le dossier au préfet de Seine Maritime.

En plus de la demande d’une place pour son fils dans un établissement spécialisé, Michèle de Somer demande au chef de l’Etat de "relancer" le débat sur la question de l’euthanasie. S’occupant depuis 2001 de son fils devenu tétraplégique après un accident de cyclomoteur,  elle s’était engagée en faveur de la légalisation de l’euthanasie, réclamant pour son fils la possibilité de "mourir dignement".  Elle avait interrogé son avocat pour savoir ce qu’elle encourait si elle pratiquait un acte d’euthanasie active. Elle n’était toutefois pas passée à l’acte étant tombée malade.

Cela "me révolte un petit peu parce qu’elle a tellement, tellement demandé qu’on puisse l’aider (…) personne ne l’a écoutée" a déclaré Marie Humbert, qui avait bénéficié d’un non-lieu après avoir, avec un médecin, euthanasié son fils tétraplégique en 2003. "Il faut absolument que les choses changent pour qu’on puisse laisser partir les enfants qui le désirent ou même s’ils ne le désirent pas, mais arrêter de les mettre dans des déchéances jusqu’à ce que l’on soit obligé de leur couper les tendons pour pouvoir les habiller. C’est quelque chose d’horrible, il faut arrêter je pense de les torturer comme ça, il faut les envoyer absolument au ciel" a-t-elle ajouté.

Liberation.fr 05/07/11 - Le Figaro 06/07/11

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres