Euthanasie et soins palliatifs

Publié le 28 Fév, 2008

Le Quotidien du Médecin revient sur le cas de Chantal Sébire, cette patiente de 50 ans atteinte d’esthésioneuroblastome (tumeur des sinus et de la cavité nasale) incurable qui souhaite “partir dignement dans la mort” (cf. Synthèse de presse du 28/02/08).

 

Soutenue par son médecin, le Dr Emmanuel Debost, elle plaide pour qu’évolue la législation sur l’euthanasie face au “flou laissé par la loi” [dite loi Leonetti sur la fin de vie, NDLR] et au “refus de responsabilité par la société“. Pour le Dr Debost, “le cadre législatif devrait permettre d’encadrer la décision [d’euthanasie, NDLR] qui résulterait d’un travail d’équipe“.

 

Pour le Dr Bernard Paternostre, adjoint au chef du service de soins palliatifs du CHU de Bordeaux, il faudrait que Chantal Sébire soit prise en charge par une équipe de soins palliatifs : “on n’est jamais sûr de supprimer totalement la douleur, mais on peut au moins la ramener à des niveaux moins intolérables“. Les patients ne disposant pas tous de réseaux ou d’équipes mobiles de soins palliatifs à proximité, il souhaite que des efforts soient faits dans le domaine, ainsi que dans la formation aux traitements de la douleur.

C’est parce que vous êtes un être humain que nous ne voulons pas vous euthanasier comme un animal“, répond-il aux personnes qui arguent que l'”on ne permettrait pas à un animal d’endurer ce que j’endure“, à l’instar de Chantal Sébire.

 

Le Dr Isabelle Marin, coordinatrice du réseau Onconord (cancer et soins palliatifs) à Saint-Denis et dans le Val d’Oise, raconte que : “aucun d’entre eux [ses patients, NDLR] ne m’a jamais directement demandé de lui donner la mort, ce qui ne veut pas dire qu’ils n’aient pas, à certains moments, exprimé un tel vœu auprès de leur entourage, ou des équipes soignantes“. “Dans la plupart des cas, nous sommes en mesure de soulager leur douleur et nous arrivons à calmer leur angoisse“, poursuit-elle.

Dans le cas de Chantal Sébire, le Dr Marin dit être frappé par “l’ambiguïté terrible de la demande exprimée” : la patiente disposant de produits qui lui permettraient de passer à l’acte seule, pourquoi demande-t-elle l’intervention d’un tiers ? D’autant que, en médiatisant sa demande, Chantal Sébire “fait autre chose qu’exprimer une volonté de mort” : “elle dénonce en tant que vivante une législation qui l’a réduite à cet état, comme si elle était la victime des méchants adversaires de l’euthanasie“.

Le Dr Marin ajoute que “dans ce cas qui semble épouvantable à un public qui n’accepte pas qu’il y ait de la mort dans la vie“, il revient “aux médecins de veiller à ce que tout ait été bien entrepris, soit dans un centre antidouleur, soit dans un réseau de soins palliatifs pour répondre aux exigences de son cas“, et non au président de la République auquel s’est adressée Chantal Sébire.

 

Dans La Maison, établissement pour les personnes atteintes du VIH/Sida créé par le Dr La Piana, sur les 2 000 patients pris en charge en 13 ans, une dizaine a persévéré dans sa demande d’euthanasie. Faut-il pour eux légaliser l’euthanasie ? “Nous aurions beaucoup plus à y perdre qu’à y gagner“, répond le Dr La Piana. “Le fait que nous butions sur le mur de la loi qui interdit l’euthanasie stimule la créativité de nos équipes et nous incite à aller le plus loin possible dans la prise en charge de la détresse des fins de vie.” “S’agissant de cette patiente, sa détresse doit être secourue, et non récupérée“, conclut-il.

 

Si les demandes persistantes d’euthanasie ne représentent qu’un très faible pourcentage, faut-il adopter une loi spécifique qui autorise l’euthanasie active, interroge le Dr Daniel Dérouville, médecin chef de service à la maison Jeanne-Garnier à Paris ? Pour lui, “le médecin doit aller au bout de ses ressources thérapeutiques et ne jamais se hâter inconsidérément“. “Nous devons veiller à prendre le temps d’agir sur tous les types de souffrance et à laisser le temps au patient de réitérer sa demande. Si tant est qu’il persiste dans sa volonté de mort.

Le Quotidien du Médecin (Dr Lydia Archimède, Christian Delahaye) 29/02/08

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Angleterre : des données de santé divulguées sur le darknet
/ E-santé

Angleterre : des données de santé divulguées sur le darknet

Après la cyberattaque qui a touché des hôpitaux londoniens, des informations médicales sensibles ont été publiées sur le darknet entre ...
Irlande du Nord : les avortements en hausse de 23,53 %
/ IVG-IMG

Irlande du Nord : les avortements en hausse de 23,53 %

En Irlande du Nord, 2 168 avortements ont été pratiqués entre avril 2022 et mars 2023, soit une augmentation de 23,53 ...
Suisse : les changements de genre à l’état civil en baisse de 39,4 % en 2023
/ Genre

Suisse : les changements de genre à l’état civil en baisse de 39,4 % en 2023

La Suisse a enregistré 713 changements de genre à l’état civil en 2023, contre 1 177 l’année précédente, soit une ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres