Eugénie Bastié dénonce les contradictions du féminisme sur l’avortement

Publié le 10 Avr, 2016

Interrogée à l’occasion de la sortie de son livre « Adieu mademoiselle, la défaite des femmes », Eugénie Bastié[1] dénonce les contradictions du féminisme, notamment concernant l’avortement.

 

La première, consiste à «ériger l’avortement comme un progrès social sans défaut, quand un grand nombre de femmes en souffrent ». « Toutes les femmes qui ont avorté ne souffrent pas, mais une part substantielles d’entre elles, oui ». Cela, « les féministes n’en parlent jamais » constate-t-elle. Et comble pour ces féministes, « elles ne parlent pas de ces femmes qui sont obligées à ce geste par leur compagnon ».

 

« On feint de croire qu’il s’agit d’un acte banal, tout en sachant qu’il s’agit au mieux d’un échec, au pire d’un drame », explique Eugénie Bastié. « On tranche entre la vie du fœtus et la vie de la mère, au nom d’un certain pragmatisme qui confine à l’arbitraire. Ce qui est insupportable, c’est de sacraliser et de fondamentaliser ce compromis. »  C’est bien ce que recommande les féministes, qui ont fait de l’avortement un ’droit fondamental’. « En oubliant le caractère sacré de la vie et le mystère de la filiation », elles ont ajouté leur pierre « à l’entreprise néolibérale de marchandisation du vivant ».

 

Elles ont encouragé la suppression de la notion de ‘détresse’ et du délai de réflexion, « afin d’ériger en droit une concession » : « On supprime le mot ‘détresse’ de la loi, en imaginant qu’en éradiquant le mot on évacuera la souffrance. On supprime le délai de réflexion parce qu’il représenterait une tentative insidieuse de culpabilisation de la femme. (…) Le choix de donner ou pas la vie devrait faire l’économie d’une réflexion ? »

 

« Il y a 220 000 IVG par an en France depuis 40 ans », rappelle Eugénie Bastié. « Ce nombre ne baisse pas malgré la diffusion de la contraception. J’appelle cela un problème. Et je crois que la baisse du nombre d’avortements devrait être un objectif de politique publique. » Elle lance par exemple l’idée de « proposer des alternatives concrètes à l’avortement, dont l’ouverture de centres d’aide à la grossesse comme il en existe aux Etats Unis ».

 

L’avortement et la contraception ont soumis la femme à la technique : « C’est elle qui avale chaque jour des hormones, qui modifie son corps, qui loue son ventre et détruit la chair de sa chair, ce n’est pas l’homme ». Et demain, ce sera la congélation des ovocytes : « Le slogan ‘un enfant si je veux quand je veux’ sera enfin réalisé. La femme pourra suspendre son horloge biologique pour réussir sa carrière, puisque le credo de l’époque veut que la réussite d’un être humain se mesure à son compte en banque plutôt qu’à sa descendance ».

 

[1] Journaliste au Figaro après avoir collaboré au magazine Causeur, Eugénie Bastié, 24 ans, est également rédactrice en chef politique de la revue d’écologie intégrale Limite.

Atlantico (9/04/2016)

Partager cet article

Synthèses de presse

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement
/ IVG-IMG

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement

Le 12 avril, les députés polonais ont voté contre les motions appelant à rejeter quatre propositions de loi visant à ...
Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence
/ Genre

Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence

Le 10 avril, la pédiatre anglaise Hilary Cass a publié un rapport sur les services de prise en charge des ...
Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable
/ IVG-IMG

Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable

Selon la Cour suprême de l’Arizona, la loi datant de 1864 et interdisant la quasi-totalité des avortements est applicable ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres