‘Éthique et espace européen »

Publié le : 4 juin 2003

Le mois dernier une vingtaine de chercheurs se sont réunis autour du thème "Ethique et espace européen" à l’initiative de l’Alliance européenne des Académies (Allea), fédération regroupant 48 académies des sciences et des humanités dans 38 pays. 

Cette rencontre a permis aux scientifiques de se remettre en question et de se demander si la médecine génétique ne les entraîne pas insidieusement vers un nouvel eugénisme. Deux courants ont alors émergé. D’un côté la position de chercheurs, le norvégien Dagfinn Follesdal et l’allemand Ludger Honnefelder invitant à rechercher des principes de base sur lesquels appuyer une morale "séculière" et de l’autre la position du généticien et clinicien hollandais, Hans Gaaljaard, membre du Comité international de bioéthique de l’Unesco. Celui ci s’oppose à tout ce qui peut ressembler à une "théologie" et ajoute "j’ai tendance à faire confiance aux mères. Leurs réactions sont parfois imprévisibles, mais en général plutôt saines".

La formation a aussi été l’un des thèmes de cette journée. L’exemple est venu de la Norvège où un vaste programme de double formation doctorale, une première thèse dans une discipline classique de sciences naturelles, la seconde en éthique, a déjà été mis au point. "Sans cette double compétence les scientifiques tendent à penser que l’éthique est une affaire de convictions personnelles et les éthiciens à rester trop à l’écart des problèmes réels" affirmait D. Follesdal. 

La Croix (Guillemette de Véricourt) 04/06/03

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres