Etats-Unis : Vers l’autorisation de la FIV à trois parents pour les garçons ?

Publié le : 5 février 2016

L’Académie Nationale des Sciences américaine a transmis son rapport final sur la « FIV à trois parents » à la FDA[1]. Ces recommandations pourraient devenir la politique officielle aux Etats-Unis, en fonction de la prochaine décision de la FDA. Le comité d’expert réuni pour écrire ce rapport estime que la « FIV à trois parents » est « éthiquement acceptable » sous certaines conditions.

 

Cette technique consiste à créer des embryons à partir de 3 ADN (celui du père, de la mère et d’une donneuse d’ovocyte), pour éviter la transmission de maladies génétiques portées par l’ADN mitochondrial de la mère. La mitochondrie défectueuse est retirée de l’ovule de la mère, et remplacée par une mitochondrie saine provenant des gamètes d’une autre femme. Cette « avancée médicale » a provoqué des remous chez les scientifiques spécialistes de la reproduction (cf. FIV à trois parents : « Nous n’avons aucun recul », Royaume Uni : 45 députés contre la FIV « à trois parents », Levée de voile sur la FIV à trois parents). Elle est autorisée au Royaume Uni sans aucune restriction depuis février 2015 (cf. Londres vote la FIV à 3 parents).

 

Le rapport américain recommande de limiter les techniques aux embryons garçons, pour limiter l’impact de la modification génétique sur les générations suivantes (le garçon ne transmettra pas les mitochondries modifiées qu’il a reçues, qui se transmettent par les filles). Cette condition implique une sélection des embryons selon le sexe après la fécondation in vitro. Cela « garantirait que leur petits fils ne seront pas affectés s’ils subissent les effets secondaires de cette thérapie très controversée de la FIV ».

 

[1] Food and Drug Administration.

 

<p>Nature (3/02/2016)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres