Enquête en soins palliatifs : « Nous sommes là pour cultiver la moindre parcelle de vie »

Publié le : 19 mars 2015

L’Assemblée nationale a voté en première lecture la proposition de loi sur la fin de vie (Cf. Synthèse Gènéthique du 18 mars 2015). L’hebdomadaire Valeurs Actuelles mène l’enquête dans la première unité de soins palliatifs ouverte dans en Midi-Pyrénées en 1995.

 

L’unité de soins palliatifs (SP) de l’hôpital Joseph-Ducuing, située dans le centre ville de Toulouse, est l’une des quatre unités de soins palliatifs d’une région qui en compte deux à Toulouse, une à Tarbes et une à Rodez. Elle dispose de dix lits et trente-deux personnes y travaillent à temps plein.

 

Interrogés sur les débats en cours au Parlement, aucun soignant ne se dit favorable à l’euthanasie. « Je ne fais pas ce métier pour faire une piqûre mortelle », confie une infirmière. Pour le Dr Chauffour-Ader, « nous sommes là pour cultiver avec eux la moindre parcelle de vie ». Ce docteur se montre critique par rapport à la proposition de loi discutée mais ne plaide pas pour autant pour une multiplication des unités de SP « car ce n’est pas réaliste ». »Ce qu’il faut développer impérativement, c’est la formation. Car c’est tout un état d’esprit, ce sont aussi des connaissances techniques ».

 

D’après l’équipe médicale, à Toulouse, seulement 2% des personnes qui devraient recevoir des soins palliatifs en bénéficient.

 

<p>Valeurs actuelles (Helène Carrière) 19/03/2015</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres