Dopage : l’Assemblée nationale autorise les tests génétiques

Publié le 23 Mar, 2023

Le 21 mars, avec 83 voix pour et 14 abstentions, les députés ont adopté en première lecture l’article 4 du « projet de loi Jeux olympiques » autorisant les tests génétiques pour détecter certaines formes de dopage chez les athlètes.

« Le laboratoire accrédité par l’Agence mondiale antidopage en France » pourrait ainsi procéder à ces tests permettant de détecter notamment « [l’]administration de sang, [la] substitution des échantillons prélevés, [la] mutation génétique ou [la] manipulation génétique pour améliorer les performances ».

Alors qu’elle prévoyait une expérimentation temporaire jusqu’à fin 2024, cette mesure a été modifiée pour être pérennisée. Une décision qui inquiète à cause du « recul insuffisant sur [l’]implication éthique » et du risque de banalisation dans la société. Mais c’est « un engagement » selon le député Renaissance Bertrand Sorre. « Nous avons à inscrire dans notre droit les mesures du code mondial antidopage. »

Jordan Guitton, député RN, souligne un avis du Conseil d’Etat selon lequel ces propositions dérogent aux « dispositions de principes du code civil » issues des « lois de bioéthique ». Des amendements déposés par les Républicains ou Emmanuelle Ménard, députée non-inscrite, proposent de limiter cette autorisation aux Jeux de Paris. De son côté, Ugo Bernalicis (LFI) promet une saisine du Conseil constitutionnel. .

 

Source : France Info avec AFP (22/03/2023)

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Pour aller plus loin

Synthèses de presse

Autiste et suicidaire, un Belge de 26 ans demande l’euthanasie « surtout pour ses parents »
/ Fin de vie

Autiste et suicidaire, un Belge de 26 ans demande l’euthanasie « surtout pour ses parents »

Un jeune Belge, diagnostiqué haut potentiel et autiste, a effectué 7 tentatives de suicide. « Après en avoir discuté avec ...
istock-518234140
/ Genre

Genre : ménopausées à 20 ans à cause de la testostérone

Une étude révèle que les hommes transgenres souffrent de problèmes « post-ménopause », comme l'incontinence, dès l'âge de 20 ans ...
Kenya : vendre des données de santé en échange d’un rendez-vous médical
/ E-santé

Kenya : vendre des données de santé en échange d’un rendez-vous médical

Au Kenya, l’application Snark Health propose aux patients de vendre leurs données de santé pour ne pas avoir à payer directement leurs ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres