Docteur “Death” est mort

Publié le 6 Juin, 2011

Jack Kevorkian, praticien américain auquel sa défense du droit à l’euthanasie avait valu le surnom de Dr Death (Dr Mort), est décédé à l’âge de 83 ans à l’hôpital Beaumont de Royal Oak dans le Michigan. Il y était hospitalisé pour des troubles rénaux et cardiaques et aurait succombé à une embolie pulmonaire.

Mr Kevorkian, dont la licence de médecine avait été révoquée en 1991, était connu pour avoir pratiqué euthanasies et suicides assistés et avoir porté le débat sur la place publique. Au final, il estimait avoir provoqué la mort de 130 personnes grâce à l’invention d’une machine permettant au patient de s’auto-injecter les substances létales en intra-veineuse ou de respirer des gaz sous un masque. "Mon but ultime est de faire de l’euthanasie une expérience positive", expliquait-il.

En 1999, après avoir envoyé à la chaîne CBS une vidéo le montrant en train d’injecter lui-même des produits mortels à un jeune homme, il est condamné pour meurtre et passe 7 ans en prison avant d’être libéré pour raisons de santé.

"Je n’ai pas de regrets, pas le moindre", avait-il déclaré en 2010 sur CNN estimant que son but était de mettre fin à une souffrance.

Aux Etats-Unis, le Dr Egbert, directeur médical d’un groupe appelé Final Exit Network, est "encore plus efficace". Il aurait contribué à la mort de 300 personnes et explique ne pas se sentir coupable de quoi que ce soit même quand il s’agit de patients qui ne sont pas en fin de vie.

Le Quotidien du médecin (Renée Carton) 07/06/11 – BioEdge (Michael Cook) 04/06/11 – Slate.fr (William Saletan) 06/06/11 – AFP 03/06/11 – La Croix 06/06/11 – 20 minutes.fr 06/06/11

Partager cet article

Synthèses de presse

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...
heartache-1846050_960_720

Un protocole pour produire des valves cardiaques à partir de cellules iPS humaines

Des chercheurs ont développé un protocole « efficace » pour induire la différenciation de cellules iPS humaines en cellules valvulaires fonctionnelles ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres