Des mineures reçoivent des implants contraceptifs sans le consentement des parents

Publié le : 8 février 2012

Le 7 février 2012, 9 écoles britanniques de Southampton sont accusées d’avoir placé des implants contraceptifs sur des filles de 13 ans sans le consentement de leurs parents, pour répondre à la volonté du gouvernement de faire diminuer le nombre de grossesses chez les mineures. Les élèves n’avaient qu’à remplir un simple questionnaire sur leur antécédents médicaux, avant de subir l’opération chirurgicale. 

Au niveau gouvernemental, les responsables de la Santé ont défendu les services de santé sexuelle des écoles, affirmant que cette politique aurait permis de faire baisser le taux de grossesses des mineures de 22% de 2007 à 2009.  Mais les militants de Family Education Trust soutiennent au contraire que ces implants ne font qu’encourager les jeunes filles à la promiscuité et à avoir des relations sexuelles. Normal Wells, le directeur de cet organisme, a expliqué que ce genre de dispositif, "inclinait les garçons à faire pression sur les filles pour avoir des relations sexuelles", celles-ci n’ayant plus d’excuse de ne pas oser demander des contraceptifs à leurs médecins ou parents.

Ce dispositif a provoqué un scandale : on ignore encore aujourd’hui combien d’adolescentes se sont vues placer un implant, à l’insu de leurs parents, lesquels sont contraints d’inspecter les bras de leurs filles pour vérifier qu’elles n’en portaient pas.
Dans l’ensemble, ces parents sont "horrifés" par cette affaire. Certains continuent de penser qu’il est bon que leurs filles soient formées et conseillées à l’école sur les questions de sexualité, mais ils estiment toutefois que les écoles sont allées trop loin.

The Telegraphe 07/02/12

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres