Des gènes humains pour augmenter la taille du cerveau des singes ?

Publié le : 24 novembre 2020

Des chercheurs ont inséré un gène humain dans des fœtus de ouistiti, provoquant l’expansion de leur neocortex. Le neocortex est « la couche externe du cerveau, profondément rainurée, qui est impliquée dans le raisonnement, le langage, la pensée consciente et d’autres fonctions importantes ».

Les chercheurs ont modifié génétiquement sept fœtus de ouistitis, ils leur ont ajouté le gène ARHGAP11B. « Nous pensions que l’expression de ce gène spécifique à l’homme affecterait le développement du néocortex chez le ouistiti », explique Wieland Huttner, l’un des auteurs de l’étude, du MPI-CBG.  Ce gène, présent chez les humains, mais absent chez les primates, a « déclenché la formation de nouvelles cellules souches dans le cerveau des singes », et « entraîné une augmentation de la taille du cerveau ».

Les sept fœtus de ouistitis ont été modifiés in utero, puis étudiés après une naissance par césarienne 102 jours après leur conception, soit une cinquantaine de jours avant leur terme. Ces animaux ne sont pas autorisés à vivre par la suite.

« Nous avons en effet découvert que le néocortex du cerveau du ouistiti commun était élargi et la surface du cerveau pliée » a déclaré Michael Heide, un autre auteur de l’étude, également du MPI-CBG. « [Nous avons vu] un nombre accru de neurones de la couche supérieure, le type de neurone qui augmente dans l’évolution des primates ». Les images des fœtus de 101 jours montrent un neocortex plissé, caractéristique propre au cerveau humain, qui lui permet d’avoir une surface maximale de neocortex, tout en s’insérant dans l’espace réduit de la boite crânienne. « Cela contraste avec le cerveau normal du ouistiti, qui est beaucoup plus lisse que le cerveau humain, et plus petit ». Selon les chercheurs cela confirme l’importance du gène ARHGAP11B pour le nombre de cellules souches et de neurones du cerveau.

L’étude a été publiée dans la revue Science. Elle a été réalisée conjointement par des chercheurs de l’Institut Max Planck de biologie cellulaire et de génétique moléculaire (MPI-CBG) et des experts de l’Institut central pour les animaux d’expérimentation (CIEA) à Kawasaki et de l’Université Keio à Tokyo, au Japon.

Source : Daily Mail, Jonathan Chadwick (20/11/2020)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres