Des féministes suédoises condamnent la gestation pour autrui et le « droit à l’enfant »

Publié le : 20 octobre 2014

En Suède, des féministes appellent à condamner la pratique de la gestation pour autrui (GPA) en raison des risques pour la santé que celle-ci peut entraîner et du fait que cela viole les droits fondamentaux des femmes pauvres. 

 

Autoriser la gestation pour autrui précisent-elle, « c’est faire usage du corps des femmes et de leurs organes reproducteurs pour le plaisir de quelqu’un d’autre, au détriment de la femme elle-même. Nous privilégions le droit à l’intégrité physique et les droits fondamentaux de l’homme sur le droit à l’enfant qui n’est pas un droit de l’homme, mais qui finalement a été traité comme tel par le discours sur la gestation pour autrui. Nous refusons une approche marketing libérale de la gestation pour autrui et [refusons] que le droit des acheteurs soit privilégié tandis que les droits des femmes sont négociés »

 

Elles ajoutent : « Il doit être mis fin à l’industrie de la gestation pour autrui qui réduit le corps des femmes à un conteneur ! Avoir une approche féministe de la gestation pour autrui signifie rejeter l’idée que la femme peut être utilisée comme un conteneur et leur capacité reproductives achetées. Le droit à l’intégrité est un droit qui ne devrait pas pouvoir être négocié par contrat. Peu importe la règlementation ou la nature du contrat, un échange existe entre le corps des femmes et l’enfant. Le droit des femmes et des enfants, et non pas l’intérêt de l’acheteur, doivent être au coeur du débat autour de la gestation pour autrui« . 

<p>Bioedge (Michael Cook) 18/10/2014</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres