Dépistage anténatal : attention à l’idéologie sanitaire

Publié le : 1 décembre 2009

Un ensemble de médecins et experts a signé dans le Monde du 25 novembre 2009 un article qui met en garde contre "certains nouveaux dispositifs sanitaires qui prétendent désormais, non plus simplement traiter une maladie ou une pathologie singulière, mais qui se soucient de dépister les risques statistiques". Selon eux, un tel usage intensif des statistiques risque d’aboutir à une "morale hygiéniste et police des conduites".

Ainsi en va-t-il du renforcement du dépistage prénatal qui vise à prévenir les risques maternels et foetaux…alors qu’il n’y a souvent pas de traitement préventif efficace contre la maladie dépistée. Ainsi en va-t-il également des propositions de "placer dans le carnet de santé de l’enfant à venir, des éléments importants son suivi médical tout au long de sa vie". Et les signataires de noter que ce seront moins "les patients que les actionnaires des laboratoires et des industries médicales, la carrière des chercheurs et le développement de leur laboratoire qui en seront les bénéficiaires".

Il s’agit donc bien de savoir distinguer l’effet d’annonce d’une science rigoureuse du dépistage prénatal, car "la prévention des risques peut devenir autant un marché qu’un authentique dispositif de servitude volontaire".

Ainsi faut-il se garder de faire de "La Science" un "idéal sécuritaire" quasi religieux : "La querelle des experts nous montre chaque jour que la prévention n’est pas la prédiction, que les normes sanitaires ne sont pas des lois scientifiques incontestables, et que le vrai ne se confond pas avec le probable. L’évidence du fait ne mérite pas qu’on le néglige. L’extension hyperbolique de quelques résultats scientifiques peut vite se transformer en idéologie sanitaire au nom de laquelle un pouvoir peut devenir tyrannique. Et ce d’autant que les protocoles par lesquels ce pouvoir impose aux populations des normes de conduite passent aujourd’hui par une tentative de soumettre les professionnels à une véritable police de l’expertise".

Parmi les signataires, on peut remarquer Le Pr Dominique Cabrol, le Pr René Frydman, le Pr Israël Nisand, le Pr Bernard Golse,…

Le Monde.fr 25/11/09

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres