Décès du cinquième patient greffé avec un cœur Carmat : les implantations suspendues

Publié le : 1 décembre 2016

Le cinquième patient greffé d’un cœur artificiel de la société Carmat est mort à la fin du mois d’octobre. Il avait été transplanté environ un mois et demi avant son décès, à Nantes, et était le premier à recevoir ce cœur artificiel dans le cadre d’une deuxième phase de tests qui devait concerner vingt patients à travers l’Europe. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a demandé à Carmat de suspendre toutes les implantations de sa prothèse cardiaque (cf. Carmat : nouvelle greffe de coeur et L’autorisation d’une quatrième greffe de coeur artificiel accordée à la société Carmat).

 

La porte-parole de l’ANSM a précisé ne pas savoir pour l’heure si le cœur greffé est « en cause » ou non. De son côté, la société Carmat a affirmé dans un communiqué que la prothèse n’était pas impliquée dans la mort du patient. « On a demandé à Carmat de nous apporter des informations sur les causes du décès », a ajouté la porte-parole de l’ANSM (cf. Les cœurs artificiels, un « marché » en pleine expansion). 

 

Stéphane Piat, directeur général de Carmat a déclaré : « La prothèse ayant fonctionné normalement lors des trois dernières implantations, notre motivation à apporter une alternative à ces patients faisant face à une impasse thérapeutique totale ne cesse de croître » (cf. Cœur Carmat : un pas vers sa mise sur le marché).

 

A la fin du mois de janvier dernier, Carmat avait annoncé le mort d’un quatrième patient et la fin de son essai clinique de faisabilité, devant laisser place à une étude plus large (cf. Décès du quatrième patient greffé avec un cœur Carmat). 

 

Claire Macabiau, présidente de France Greffe Cœur et/ou Poumons a « toujours été prudente, dès l’annonce de la première implantation » : « On nous avait annoncé que cette personne serait plus jeune, avec des problèmes médicaux moins importants que les quatre autres précédents. Donc, c’est un peu inquiétant », assure-t-elle. Elle ajoute : « La société Carmat ne communique pas vraiment. Nous avons été informés plus d’un mois après le décès du 5e patient ».

 

Mais la présidente de France Greffe Cœur et/ou Poumons, elle-même greffée du cœur depuis 19 ans, garde espoir : « Il faut bien analyser toutes les raisons du 5e décès avant d’implanter de nouveau. Il faut vraiment encore attendre un peu. La greffe ça marche vraiment bien. Nous avons des patients qui ont plus de 30 ans de greffe. Une moyenne de 25 ans est tout à fait normale ».

 

Thierry Gesson, vice-président de la Fédération des Greffés Coeur-Poumon, s’est dit « un petit peu déçu » : « J’aurais peut-être voulu qu’on poursuive les efforts. Malheureusement les greffes cardiaques avec des greffons humains n’évoluent pas beaucoup depuis une dizaine d’années. Il faut penser à toutes les personnes qui sont en attente aujourd’hui d’une greffe et toutes les personnes qui sont en insuffisance cardiaque », assure-t-il.Selon lui, le cœur artificiel Carmat reste « une avancée malgré les décès des cinq greffés à ce jour » : « Comme toute avancée, on démarre toujours par des échecs pour peut-être arriver à quelque chose dans des années à venir », explique-t-il, vivant lui-même avec un cœur greffé depuis bientôt douze ans. Il ajoute : « Il y avait quand même des résultats au niveau scientifique, il y avait des résultats qui étaient intéressants », citant l’exemple d’un des cinq patients qui était rentré chez lui, avait repris le sport et avait vécu neuf mois avec le cœur artificiel (cf. Coeur artificiel Carmat : Le 3e patient est rentré chez lui et Le troisième patient greffé avec un coeur Carmat est décédé).

 

Pour le vice-président de la Fédération des Greffés Cœur-Poumon, l’une des explications des décès est l’état de santé des patients greffés, en insuffisance cardiaque très avancée, « qui allaient décéder, il faut dire la vérité ».

 

La société Carmat s’est effondrée à l’ouverture de la Bourse, le lendemain de l’annonce du décès.

<p>Franceinfo 01/12/2016</p> <p>Le Monde 30/11/2016</p> <p>Reuters 30/11/2016</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres