Débat autour de la greffe de visage

Publié le 8 Déc, 2005

La greffe de la face continue à susciter de nombreuses polémiques. Dans le journal La Croix, Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique médicale à la faculté de médecine Paris Sud et membre du conseil d’orientation de l’Agence de biomédecine réclame la mise en place d’une commission d’enquête sur les conditions de réalisation de cette greffe. Pour lui, au niveau médiatique, on assiste "surtout à un show" : "Valenciennes, Amiens, Lyon, conférences de presse, photographes désignés : nous évoluons dans un univers qui n’a plus rien à voir avec la médecine mais qui suscite une espérance extrêmement forte chez des gens atteints de maladies dramatiques" explique-t-il. Il s’interroge sur l’impact de cette affaire sur la famille de la personne décédée. Carine Camby, directrice de l’Agence de biomédecine lui répond qu’un soin "extrême" a été apporté au recueil du consentement de la famille de la personne décédée.

Le professeur Hirsch s’interroge aussi sur les conditions dans lesquelles a été recueilli le consentement de la receveuse avant l’opération et si elle était consciente des réactions qu’allaient provoquer cette première. Pour les chirurgiens qui ont réalisé la greffe, la patiente aurait donné "un consentement libre et éclairé".

Dans Libération Henri Kreis, président de la Société française de transplantation et Christian Hervé, directeur du Laboratoire d’éthique médicale de Paris V et président du Comité de protection des personnes qui se prêtent à la recherche biomédicale, reviennent également sur cette affaire. Ils estiment que la polémique doit cesser car elle fait oublier le principal : le patient. 

Dans le Monde, le journaliste estime que cette polémique a pour origine des jalousies confraternelles et des frustrations de médecins privés de leur objet d’étude et ainsi de prestige. 

Enfin dans le Quotidien du Médecin, le Dr François Petit, spécialiste de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique affirme que "cette greffe est un coup d’éclat que l’histoire transformera peut être en progrès médical". A ses yeux, cette opération ne pose pas plus de problème éthique qu’une autre et représente un "nouvel étage au bâtiment de la chirurgie réparatrice".

La Croix (Pierre Bienvault) 08/12/05 – Libération 08/12/05 – Le Quotidien du médecin (Dr Isabelle Catala) 08/12/05 – Le Monde 06&08/12/05

Partager cet article

Synthèses de presse

"Aide médicale à mourir" : débat au Parlement britannique
/ Fin de vie

“Aide médicale à mourir” : débat au Parlement britannique

Les députés britanniques ont débattu sur la légalisation de l'"aide à mourir" pour les "adultes mentalement compétents et en phase ...
02_google
/ IVG-IMG

Avortement : Google supprime les données de localisation

Google prévoit de supprimer automatiquement les données de localisation des utilisateurs en cas de visite dans une « clinique spécialisée ...
piglet-1639587_960_720
/ Don d'organes

Xénogreffe : des précisions sur la greffe cardiaque réalisée en janvier

L’autopsie du patient est détaillée dans un article publié le 22 juin. Les chirurgiens espèrent lancer un essai clinique ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres