De nouvelles découvertes permettraient de contribuer à la compréhension de l’infertilité masculine

Publié le : 8 juin 2018

Une étude à l’Université de Tolède donne de nouvelles perspectives de recherches concernant l’infertilité masculine.

 

Lors de la fécondation, un zygote, un ovule fécondé, a besoin de deux centrioles[1] pour se développer. Jusqu’à présent, le sperme était considéré comme le seul fournisseur du centriole qui se dupliquait après. Une récente découverte montre que le père ne donne pas un, mais deux centrioles. Si le second fonctionne de la même manière que le premier, il se présente sous une structure différente. « Nous avons trouvé le deuxième centriole en utilisant des techniques de pointe et des microscopes, il n’avait pas été repéré dans le passé car il est complètement différent du centriole connu en termes de structure et de composition protéique », explique le Professeur Tomer Avidor-Reiss de l’UT Department of Biological Sciences, dans la revue Nature Communications. « Cette découverte est importante car les anomalies dans la formation et la fonction de ce centriole atypique peuvent être à l’origine de l’infertilité de cause inconnue chez les couples qui n’ont pas d’options de traitement à leur disposition. Il peut également avoir un rôle dans la fausse-couche précoce et dans certains défauts de développement de l »embryon ».

 

L’Université de Toronto, l’Institut national du cancer, l’Université du Michigan et l’Université de Pittsburgh ont également contribué à la recherche, qui a été menée à partir de sperme animal puis humain. Cette découverte devrait fournir de nouvelles pistes de diagnostics et de recherches thérapeutiques de l’infertilité masculine, ainsi qu’une meilleure compréhension des insuffisances de développement embryonnaire précoce.

 

 

[1] Le centriole est un élément cellulaire spécifique des cellules animales.

<p>Medical Press (07/06/2018)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres