Clonage à l’ONU : pas de convention universelle mais une déclaration

Publié le : 22 novembre 2004

La session de la sixième commission de l’Assemblée générale de l’ONU, chargée d’élaborer une convention internationale interdisant le clonage humain, s’est achevée vendredi 19 novembre sans avoir réussi à trouver un accord sur le texte de cette convention.

La communauté internationale est restée divisée entre les partisans de l’interdiction de toute forme de clonage (reproductif et thérapeutique) derrière le Costa Rica suivi par 62 pays (dont les Etats-Unis) et les partisans de l’interdiction de clonage reproductif uniquement derrière la Belgique suivie par 22 pays (dont la France et le Royaume-Uni).

Vendredi, l’Italie a proposé un projet de résolution qui invite les États membres à "interdire toute tentative de créer la vie humaine par le clonage et toute recherche visant à y parvenir". On ne sait pas encore si ce texte sera contraignant pour les États.  

Finalement, la commission a décidé de créer un groupe de travail chargé d’élaborer une "déclaration des Nations Unies sur le clonage" sur la base du texte italien. Les discussions reprendront en février.

Pour consulter les textes, cliquer ici.

La Croix (Pascale Puthod) 22/11/04 - Nouvelobs.com 22/11/04 - Le Monde 23/11/04

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres