Cinq arguments contre l’euthanasie ?

Publié le : 11 juin 2018

Des médecins et bioéthiciens ont publié dans le Journal of Palliative Care une analyse détaillant cinq raisons majeures de s’opposer à l’euthanasie. Parmi eux, Daniel Sulmasy[1], de l’Université de Georgetown, qui a siégé à la Commission pour l’étude des questions de bioéthique du président Obama, Margaret Somerville[2], l’une des adversaires les plus virulentes de la légalisation de l’euthanasie au Canada et Lukas Radbruch[3], spécialiste des soins palliatifs.

 

Ils estiment que l’euthanasie est :

1/ une « pente glissante » : les auteurs affirment que malgré les conditions d’accès strictes aux Pays-Bas et en Belgique, la loi est inefficace et régulièrement violée. « Permettre l’euthanasie volontaire a conduit à l’euthanasie non volontaire ».

2/ un « manque d’auto-détermination » : l’expression d’un désir de mort ne signifie pas toujours qu’un patient souhaite effectivement l’euthanasie ou le suicide assisté.

3/ des « soins palliatifs inadéquats », qui sont « l’obligation éthique la plus urgente des juridictions dans le monde », bien plus que l’euthanasie.

4/ un risque pour le « professionnalisme médical », car l’euthanasie menace l’ « intégrité morale » de la médecine.

5/ une « différence entre les moyens et les objectifs » à prendre en compte : l’euthanasie confond le problème de la souffrance avec la vie des personnes elles-mêmes. « C’est la douleur et la souffrance que nous devons tuer, pas la personne avec sa douleur et sa souffrance ».

 

 

[1] Une machine imprimable en 3D « pour s’euthanasier à domicile »

[2] Canada : le statut juridique de l’embryon en question

[3] Les soins palliatifs en Europe

 

<p>BioEdge, Xavier Symons (09/06/2018)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres