Cellules souches adultes et insuffisance cardiaque: résultats positifs

Publié le : 6 janvier 2011

Le Figaro Partner a publié une interview du Dr. Christian Homsy, directeur général de Cardio3 BioSciences, une société belge spécialisée dans le développement de thérapies régénératives et protectrices pour le traitement des maladies cardiovasculaires. Si les traitements actuels visent à "améliorer la performance énergétique du coeur malade", ils ne régénèrent pas le muscle abîmé. Le Dr. Homsy explique que l’objectif de Cardio3 BioSciences est de reconstruire le muscle cardiaque. Le coeur possédant des cellules souches en très petite quantité, il s’agit "d’en prélever ailleurs, les modifier puis les injecter dans le coeur afin que ces cellules modifiées puissent le réparer. Notre compétence fondamentale consiste à transformer des cellules souches non cardiaques en cellules de lignées cardiaques" explique-t-il.  Il rapporte les résultats positifs du traitement C-Cure, "un produit fabriqué à partir des cellules souches d’un patient et qui, grâce à un procédé particulier donnent naissance à des cellules "cardiopoïétiques" capable de régénérer un muscle cardiaque lésé". Ce travail a pu être mené grâce à la découverte essentielle de la "cardiopoïèse", à savoir la transformation d’une cellules souche "naïve" en cellule cardiaque. Publiés dans de nombreuses revues scientifiques, ces résultats prometteurs ont été reconnus par des prix internationaux. Après des tests sur les animaux et une étude de phase II chez l’homme, les chercheurs vont passer à l’étude de phase III.

Première étude au monde utilisant des cellules modifiées pour les maladies cardiovasculaires, l’essai clinique de phase II a été mené sur des patients atteint d’insuffisance cardiaque chronique. Son innocuité a été évaluée et 6 mois après avoir été traités par C-Cure, "les patients présentent une amélioration statistiquement significative de plusieurs paramètres de leur fonction cardiaque, ainsi que de leur capacité à faire des efforts". Les chercheurs travaillent aussi au développement d’un produit à donner au moment même où une personne est victime d’un infarctus du myocarde afin d’éviter une trop grande cicatrice du coeur, réduire la gravité des conséquences sur ce dernier et favoriser la récupération du malade.

Soutenu par la région wallonne, Cardio3 BioSciences est associé à deux partenaires importants : la clinique américaine Mayo, 2e centre de recherche pour les maladies cardiovasculaires aux Etats-Unis et le centre Cardiovasculaire d’Alost en Belgique, figurant parmi les premiers centres européens de recherche sur les maladies cardiovasculaires.

Le Figaro Partner impact international (propos recueillis par Anne lejeune-Lorenzini) 29/12/10

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres