Bush autorise la recherche sur les cellules-souches embryonnaires

Publié le 10 Août, 2001

Le président des Etats-Unis a autorisé le financement public de la recherche sur les cellules souches embryonnaires déjà existantes. Il a déclaré que la question était « l’une des plus importantes de notre temps » et qu’il avait penché dans ce sens en raison de l’immense espoir que portent les nouveaux traitements à l’égard des maladies chroniques.
« J’ai pris cette décision et je prie pour que ce soit la bonne » a déclaré George Bush en ajoutant « nous devons procéder avec prudence. La recherche sur les cellules souches est à la fois pleine de promesses et de périls. » Ce dernier a précisé que seules les recherches menées sur des lignées de cellules souches embryonnaires seront financées. Rappelons que pour extraire les cellules souches, il faut détruire les embryons humains.
Le président qui est farouchement opposé à l’avortement est donc face à un dilemme majeur : peut-on se permettre de sauver des vies si, pour y arriver, on doit détruire des embryons humains ? Et doit-on financer tout cela avec l’argent des contribuables ?

George Bush nommera un comité de scientifiques, d’experts en bioéthique, de juristes et de théologiens pour établir les règles sur toutes les implications médicales et éthiques des découvertes biomédicales. 
L’évêque Joseph Forienza, président de la présidence épiscopale américaine a qualifié, pour sa part, de « moralement inacceptable » la décision du président américain.

Nouvel Obs.com 10/08/01 – Radio Canada 10/08/01 – Edicom 10/08/01

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres