Bioéthique : « Non seulement la loi n’est pas respectée, mais sa transgression sert d’argument pour obtenir son évolution »

Publié le 16 Déc, 2021

La semaine dernière, la justice française a annulé une autorisation de recherche délivrée en 2016 par l’Agence de biomédecine (ABM) (cf. FIV à trois parents : l’Agence de Biomédecine condamnée). Le projet avait pour objet d’étudier la « FIV à trois parents ». Il « contrevenait gravement à trois principes fondamentaux » explique Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune qui a soumis cette autorisation au juge :

  • l’interdit de créer des embryons pour la recherche,
  • l’interdit du clonage,
  • l’interdit de créer des embryons transgéniques.

Le processus de la FIV à trois parents étudié dans ce programme consistait en effet à « déconstruire un embryon A, dont les mitochondries étaient malades, en lui retirant son noyau, et de transférer ce noyau dans un embryon B, énucléé, issu d’un autre couple, présentant des mitochondries saines. Le résultat était un embryon C différent », dont le patrimoine génétique était issu de trois personnes différentes.

Pour Jean-Marie Le Méné, cette décision « met à nu le mécanisme des ‘illégalités fécondes’ par lequel non seulement la loi n’est pas respectée, mais sa transgression sert d’argument pour obtenir son évolution ». En effet l’ABM « a montré qu’elle ne faisait pas respecter la règle mais aussi qu’elle changeait la règle ». Et cinq ans après l’autorisation de cette recherche, le législateur a autorisé les embryons transgéniques dans la loi bioéthique 2021[1].

En outre, cette décision « souligne le mépris de la technoscience pour la réalité ontologique de l’embryon ».

 

[1] La loi de bioéthique 2021 a en effet supprimé l’article L2151-2 du CSP qui interdisait la création d’embryons transgéniques.

Source : Valeurs Actuelles n°4438 du 16 décembre 2021, Jean-Marie Le Méné

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres