Bioéthique en Europe

Publié le : 30 janvier 2002

 

Le parlement allemand vote aujourd’hui l’autorisation ou non de l’importation de cellules souches embryonnaires à des fins de recherche thérapeutique. Jusqu’à maintenant la loi allemande interdit la procréation artificielle pour extraire des cellules souches embryonnaires à des fins de recherche mais elle ne dit rien sur l’importation de ces cellules. Le vote du Bundestag décidera ou de l’interdiction d’importer des cellules souches d’embryons, ou de l’autoriser avec de sévères restrictions, ou d’autoriser la recherche sur des cellules souches embryonnaires importées voire à terme en produire en Allemagne.

 

Aucun pronostic n’est possible d’autant que les diverses motions présentées dépassent les clivages traditionnels et qu’aucun parti n’a donné de consigne de vote. Ainsi la motion réclamant une interdiction pure et simple des importations de cellules d’embryons est portée par le CDU (Union chrétienne-démocrate), de nombreux députés Verts, ainsi que des « poids lourds » du parti social-démocrate (Wolfgang Thierse, président du Bundestag, Herta Daüber-Gmelin). 

Les églises catholique et protestante ont pesé d’un poids considérable dans le débat. Dans une lettre rendue publique le 17 janvier dernier, le président de la conférence épiscopale catholique, Mgr Karl Lehmann, et son homologue protestant, Manfred Kock, ont appelé les députés à respecter le droit à la dignité humaine et à la protection de la vie « dès la fécondation », soulignant que des méthodes de recherche qui détruisent un être embryonnaire sont « inacceptables ». 

 

En Italie, le ministre Italien de la Santé a décidé de faire accélérer l’interdiction d’exportation et d’importation  de gamètes et d’embryons humains après l’annonce de la naissance aux Etats-Unis de jumeaux nés à partir d ‘embryons envoyés par un couple Italien. Cette interdiction avait été prise en 2001 mais devait être confirmée en 2002.

 

Le gouvernement Suédois quant à lui vient  d’annoncer qu’il était favorable au clonage thérapeutique et qu’il se préparait à modifier la législation pour autoriser cette pratique. Le Ministre des Affaires Sociales et celui de l’Education et de la Recherche ont cependant précisé que ces recherches devraient respecter « des formes éthiques acceptables ».Ils ont également affirmé que la législation devrait interdire le clonage reproductif. 

<p>La Croix (Blandine Milcent) 30/01/02 - Libération 30/01/02 - Le Figaro 30/01/02</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres