Benoît XVI : sans éthique, l’Europe est vouée à la régression

Publié le : 7 juin 2011

Lors de son voyage en Croatie les 4 et 5 juin 2011, le pape Benoît XVI a encouragé les catholiques à livrer bataille "courageusement" pour défendre la famille traditionnelle menacée de "désagrégation croissante", "spécialement en Europe".

"On réduit l’amour à une émotion sentimentale et à une satisfaction de pulsions instinctives, sans s’engager à construire des liens durables d’appartenance réciproque et sans ouverture à la vie : nous sommes appelés à contester une telle mentalité", a déclaré le pape aux 400 000 personnes venues assister à la messe sur l’hippodrome de Zagreb. Il a exhorté les familles à réclamer aux Etats des "mesures législatives" les soutenant dans "la tâche d’engendrer et d’éduquer les enfants".

Dans une allocution au Théâtre national croate, devant des personnalités de la culture, du monde politique et de la société civile, Benoît XVI a averti : "Si la conscience, selon la pensée moderne prédominante, est réduite au domaine du subjectif, où sont reléguées la religion et la morale, la crise de l’Occident  n’a pas de remède et l’Europe est vouée à la régression". Il a affirmé que l’Eglise ne peut être cantonnée à la sphère privée et qu’elle peut faire entendre ses objections à la société, par exemple sur les lois de bioéthique, sans se voir reprocher des ingérences.

L’évêque croate Valter Zupan, président de la commission épiscopale croate de la famile, a également critiqué les législations européennes sur la bioéthique et rappelé que "

les enfants ont le droit naturel de témoigner publiquement que ‘un père’ et ‘une mère’ leur ont donné la vie."

AFP 04/06/11 - 05/06/11

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres