Belgique : L’euthanasie “complètement hors de contrôle”

Publié le 18 Juin, 2015

Un rapport académique publié par le Journal of medical ethics a révélé les inquiétantes dérives euthanasiques qui ont lieu en Belgique où « l’euthanasie est complètement hors de contrôle » (cf. Synthèse Gènéthique du 15 janvier 2015).

Ce rapport révèle notamment la fréquence des euthanasies actives pratiquée sans consentement du patient.

 

« Les citoyens belges devraient être conscients de la situation actuelle, à savoir que leur vie peut en arriver au point où des médecins pensent qu’elle ne vaut plus la peine d’être vécue, et décider de mettre le patient à mort en l’absence de volonté contraire explicite », écrit le professeur Raphaël Cohen-Almagor, de l’université de Hull.

 

« Les barrières de sécurité prévues par la loi sont inadéquates et insuffisantes » mentionne le rapport : ces pratiques ne sont « tout simplement pas poursuivies et sont mêmes revendiquées sans équivoques et impunément ».

 

« L’euthanasie non demandée dépasse très largement les quelques milles cas d’euthanasie qui sont enregistrés par an en Belgique » déclare le professeur Jean-Louis Vincent, de la société de soins intensifs belge. « Ces interventions actives ne sont rapportées à aucune commission » précise-t-il.

 

1,8 % des décès en Belgique seraient provoqués par une euthanasie non consentie. En plus de 10 ans “pas un seul de ces cas n’a été transmis au parquet alors qu’un décès sur 60 serait la conséquence d’une euthanasie non demandée” ce qui constitue « juridiquement, un meurtre » (cf. Synthèse Gènéthique du 23 mars 2015).

 

De plus cette pratique se ferait « sous le radar », et « une suspicion pèse sur les personnes chargées de contrôler la loi ».

 

Mme Herremeans, présidente de la commission de contrôle de l’euthanasie, est en effet également présidente de l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD), principal lobby pro-euthanasie. Elle tiendrait « un langage militant et sans équivoque » et ferait la promotion d’« une interprétation toujours plus souple des conditions de mise en œuvre de l’euthanasie ».

 

En Belgique, « l’encadrement de l’euthanasie s’est avéré une chimère dangereuse », peut-on lire dans le Figaro.

 

Le Figaro(Joseph Junker),19/06/2015

Partager cet article

Synthèses de presse

istock_75796805_xxlarge
/ Fin de vie

Soutien des mutuelles à l’euthanasie : « ces organismes ne font même plus semblant »

Jeudi, la MGEN a envoyé un courrier aux députés dans lequel elle indique promouvoir l'euthanasie. La présidente de la SFAP ...
Un tiers des hommes transgenres continuent à ovuler malgré la testostérone
/ Genre

Un tiers des hommes transgenres continuent à ovuler malgré la testostérone

Deux chercheurs ont analysé le tissu ovarien de personnes transgenres ayant subi une ablation des ovaires après un traitement hormonal ...
Un algorithme capable de déterminer si le cerveau est masculin ou féminin
/ Genre

Un algorithme capable de déterminer si le cerveau est masculin ou féminin

L'algorithme peut reconnaître, dans plus de 90% des cas, si les IRM sont celles d'un « biologiquement masculin ou féminin ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres