Baisse de la fertilité : pas de menace pour la démographie ?

Publié le 28 Oct, 2010

Selon une étude du démographe Henri Leridon, publiée par l’Ined en octobre 2010*, la baisse de la fertilité dans les pays industriels "ne risque pas d’entraîner un déclin de la population".

La fertilité, qui désigne "la capacité à engendrer des enfants vivants", diminue dans certaines populations occidentales, notamment du fait de facteurs environnementaux (les "perturbateurs endocriniens"). Henri Leridon cite une étude révélant une baisse de 21% de la concentration spermatique chez les donneurs de sperme français, notamment à Paris. Selon une hypothèse "extrême", cette diminution de la qualité du sperme pourrait entraîner une réduction de 15% de la "fécondabilité" qui désigne la probabilité mensuelle de concevoir pour une femme. Un couple ayant une fertilité "normale" n’obtient une grossesse qu’après plusieurs mois : sur 100 couples voulant un enfant, 90 conçoivent dans les 12 mois et les 10 couples restants ont une chance d’y parvenir dans les 12 autres mois qui suivent (71%). L’étude explique qu’un bébé qui n’arrive pas après 12 mois d’essai n’est pas synonyme d’infertilité "comme on le laisse croire parfois".

La baisse de la fertilité aurait, selon cette étude, qu’un faible impact démographique : par rapport à une descendance finale de 2 enfants, la perte serait de 0,02 enfant pour une baisse de la qualité du sperme de 7%. Autrement dit, la diminution de la fertilité ne "devrait pas entraîner de baisse de la fécondité, tout au plus un léger allongement du délai nécessaire pour concevoir". En outre, le recours aux techniques d’AMP, notamment l’ICSI, compense en grande partie la baisse de qualité des gamètes masculins. Des raisons pourraient toutefois entraîner une baisse de la fertilité note Henri Leridon : si les couples repoussent le moment d’avoir leurs enfants, l’infertilité augmentant avec l’âge et l’efficacité des techniques d’AMP diminuant aussi selon l’âge.

* Population et Sociétés, "L’espèce humaine a-t-elle un problème de fertilité ?", Henri Leridon, N°471, Octobre 2010

Le Quotidien du médecin 29/10/10 – 20minutes.fr 29/10/10 – Libération 29/10/10

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres