Avortement aux Etats-Unis : un procès pour faire respecter la clause de conscience

Publié le : 17 décembre 2020

Aux Etats-Unis, le ministère de la justice a déposé une plainte civile mercredi 16 décembre contre le centre médical de l’université du Vermont, au motif qu’il contraint des membres de son personnel à participer à des avortements, en dépit de leur objection de conscience.

« Aucune institution ou personne ne devrait forcer un soignant à pratiquer un avortement si cela viole ses croyances religieuses ou ses convictions morales », a déclaré le procureur général adjoint de la division des droits civils, Eric Dreiband, dans une déclaration annonçant le procès. « Ce type de contrainte indécente viole tout ce que ce pays représente. »

Le Dr Stephen Leffler, président de l’hôpital de Burlington, s’est défendu, estimant faire face à une attaque « sans fondement d’un point de vue juridique ». « Nous ferons tout notre possible pour protéger l’accès de nos patients aux services dont ils ont besoin », a-t-il affirmé.

La division des droits civils avait déposé un avis de violation à l’encontre l’hôpital en août 2019, alléguant qu’il avait forcé une infirmière à participer à un avortement contre sa volonté (cf. Etats-Unis: une infirmière forcée de participer à un avortement contre sa volonté). Un fonctionnaire fédéral avait alors expliqué que « l’infirmière pensait qu’elle allait participer à une procédure après qu’une patiente ait fait une fausse couche ». En réalisant qu’il s’agissait d’un avortement, elle avait demandé à être déchargée, ce qui lui a été refusé. L’infirmière a déclaré avoir subi un « traumatisme émotionnel profond » et a depuis quitté l’hôpital. La procédure en cours fait suite à la plainte qu’elle a déposée auprès du bureau des droits civils du département de la justice.

Source : Washington Times, Wilson Ring (16/12/2020)

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres