Autorisation de la recherche sur l’embryon: « deux transgressions lourdes de la part de la majorité » selon Jean Léonetti

Publié le : 6 décembre 2012

Dans une interview à l’hebdomadaire La Vie, le député UMP Jean Léonetti, qui était rapporteur de la loi de bioéthique du 7 juillet 2011, réagit à l’adoption par le Sénat d’une proposition de loi autorisant la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires, dans la nuit du mardi 4 au mercredi 5 décembre dernier (Cf Synthèse de presse Gènéthique du 05/12/12). 

Interrogé sur ce que change cette proposition de loi par rapport à la loi de bioéthique de 2011, Jean Léonetti explique que la loi de 2011 avait posé un principe d’interdiction des recherches sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires, tout en l’assortissant d’exceptions. Avec la nouvelle proposition de loi, il explique: "on veut faire passer une loi inverse: l’autorisation de la recherche, mais encadrée."

Puis, le député UMP explique qu’il voit dans ce vote du Sénat "deux transgressions lourdes de la part de la majorité", à savoir que, 
tout d’abord, le cadre législatif actuel prévoit une révision de la loi de bioéthique tous les sept ans. En outre, l’article 46 prévoit que "tout projet de réforme sur les problèmes éthiques et les questions de société  soulevés par les progrès de la connaissance dans les domaines de la biologie, de la médecine et de la santé doit être précédé d’un débat public sous forme d’états généraux". Pour le député, cet article est "aujourd’hui tout simplement ignoré". 

Poursuivant alors à propos du prix Nobel de médecine qui a été attribué au Japonais Shinya Yamanaka et au britannique John Gurdon (Cf Synthèse de presse Gènéthique du 08/10/12), le député UMP précise qu’il n’y avait alors pas d’ "urgence à revoter une loi autorisant la recherche sur les cellules souches embryonnaires", puisque "par cette loi, les sénateurs ne répondent pas d’abord à un impératif scientifique mais commercial: ils donnent enfin satisfaction aux lobbies pharmaceutiques". Il ajoute: "Le prix Nobel remis à ces deux chercheurs montre la faiblesse de l’argumentaire selon lequel la recherche sur l’embryon serait la seule voie d’avenir sur laquelle la France devrait rattraper son retard. Au contraire, la voie sur laquelle la majorité veut s’engager est une voie qui va tomber en désuétude". 



La Vie (Aymeric Christensen) 05/12/12

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres