A quoi sert ”l’ADN dépotoir” ?

Publié le 23 Mai, 2006

Dans ses dernières estimations, le Consortium international de séquençage du génome humain révèle que les 20 000 à 25 000 gènes que contiennent nos chromosomes couvriraient à peine 4% de la longueur totale de notre ADN.

 

Les gènes codent pour des molécules d’ARN. Une partie participe à la synthèse de protéines, une autre contribue au fonctionnement de la cellule. Enfin certains gènes, appelés "pseudogènes", ne codent apparemment pour rien.

L‘ADN des chromosomes humains est constitué de séquences non codantes dites répétées dont la fonction et la raison d’être sont encore inconnues. Ces séquences sont appelées "l’ADN dépotoir" ("Junk DNA") ou encore ADN égoïste.

Deux théories s’affrontent sur la présence d’une telle quantité "d’ADN dépotoir" dans le génome humain.
Selon la première, l’évolution conduira à l’élimination du surplus d’ADN comme c’est le cas chez les bactéries. Leur génome, compacté le plus possible afin qu’il ne contienne plus aucun nucléotide inutile, serait ainsi bien plus évolué que le nôtre.
Pour la seconde, "l’ADN dépotoir" constituerait un avantage sélectif important. Quand les chromosomes se répliquent, des erreurs peuvent apparaître dans l’ADN. Si ces erreurs touchent des gènes essentiels, les effets sont très graves, si elles touchent une région non codante, cela n’a aucune importance. Ainsi, du fait de notre grande quantité d’ADN non codant, il y a peu de chances que ce soient des gènes essentiels qui soient touchés par des mutations.

Le Quotidien du Médecin (Elodie Biet) 22/05/06

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

neurons-582050_640

Des organoïdes de cerveau plus réalistes

Des chercheurs ont fabriqué des organoïdes composés de quatre types différents de cellules cérébrales quand d'autres sont parvenus à reproduire ...
pixabay_-_senat
/ Genre

Genre : la commission du Sénat adopte une proposition de loi largement remaniée

Le 22 mai, la proposition de loi visant à encadrer les transitions de genre chez les mineurs a été largement ...
Jersey : un pas de plus vers l'« aide à mourir »
/ Fin de vie

Jersey : un pas de plus vers l’« aide à mourir »

Mercredi, les responsables politiques de Jersey ont voté en faveur d'un projet visant à autoriser l'« aide à mourir » ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres