A propos du don de sperme

Publié le 28 Nov, 2005

Le Monde consacre un dossier spécial au don de sperme à travers une enquête menée à l’hôpital Tenon. Avant d’avoir recours à un don de sperme, les couples doivent franchir de multiples étapes. Une fois inscrit dans l’un des 23 Cecos français (centre d’étude et de conservation des oeufs et du sperme humain), un couple doit attendre entre 6 et 18 mois avant d’obtenir une paillette. Il doit aussi se soumettre à de nombreux examens médicaux, rencontrer un psychologue, se rendre au tribunal de grande instance pour reconnaître l’enfant qui n’est pas encore conçu, afin de protéger à la fois l’anonymat du donneur et l’enfant lui même, au cas où le père déciderait de renier au dernier moment ce descendant non biologique.

Deux fois par an, les équipes des Cecos se réunissent pour confronter les "cas" rencontrés et tenter d’harmoniser leurs pratiques. Ils prennent en charge chaque année 2000 couples demandeurs pour 300 candidats au don. Un millier d’enfants naissent par don de sperme.

Les CECOS manquent de donneurs. La loi sur l’anonymat du don de gamète leur garantit pourtant de ne pas être "menacés de paternité".Outre les questions éthiques liées à un tel don, beaucoup sont découragés par les contraintes médicales.

Rappelons que la loi de bioéthique fixe les conditions au recours à l’insémination avec donneur (IAD). Entre autre, le couple receveur doit être hétérosexuel, marié ou en concubinage depuis au moins 2 ans. Les donneurs doivent être pères de famille et ne pas générer plus de 10 enfants par don anonyme.

Le Monde (Marion Van Renterghem) 26/11/05

Partager cet article

Synthèses de presse

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement
/ IVG-IMG

Pologne : première étape vers la libéralisation de l’avortement

Le 12 avril, les députés polonais ont voté contre les motions appelant à rejeter quatre propositions de loi visant à ...
Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence
/ Genre

Transition de genre chez les mineurs : un rapport appelle à la prudence

Le 10 avril, la pédiatre anglaise Hilary Cass a publié un rapport sur les services de prise en charge des ...
Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable
/ IVG-IMG

Arizona : la loi qui interdit la quasi-totalité des avortements est applicable

Selon la Cour suprême de l’Arizona, la loi datant de 1864 et interdisant la quasi-totalité des avortements est applicable ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres