A propos des mères porteuses

Publié le 14 Avr, 2009

Libération consacre un article à l’essai publié par la philosophe Sylviane Agacinski sur la "barbarie" des mères porteuses : Corps en miettes (Flammarion, 12 euros).

"On peut se demander si la leçon du nazisme a réellement été tirée tant l’opinion semble se soucier peu de ce que signifie notre humanité ou de l’esprit de nos lois. Elle privilégie la puissance technique et la demande individuelle. Certains techniques permettent de confectionner des enfants, et il y a des individus qui "demandent" à utiliser ces moyens. Le reste a-t-il vraiment de l’importance ?", écrit-elle.

Elle dénonce par ailleurs l’usage du mot "gestatrice" qui "relève d’une ruse rhétorique qui contribue à secondariser la femme portant un enfant, pour faire un sac, une sorte de logement temporaire, simple entrepôt où stocker l’enfant conçu par d’autres qui en attendront la livraison". Idem pour l’abréviation "GPA" (pour "gestation pour autrui") : "trois petites lettres (…) sans doute rassurantes" mais qui "constituent une mystification et maquillent une forme inédite de servitude et d’abaissement des femmes".

La philosophe s’élève contre l’exploitation du corps d’autrui au centre du "baby business", "l’aliénation biologique" qui "s’installe dans la procréation artificielle". "Devant l’indifférence à l’égard de ces femmes, dont on fait aujourd’hui des couveuses "indemnisées", on ne peut s’empêcher de reconnaître la froideur égoïste et le vieux mépris de classe de ceux qui estiment normal de mettre la vie des autres à leur service." Elle se demande enfin si le fait que les mères porteuses justifient leur "don" par générosité ou altruisme n’est pas "l’aspect le plus répugnant de l’affaire".

Par ailleurs, Le Parisien publiait, vendredi 10 avril dernier, un dossier sur les mères porteuses, au lendemain de l’appel lancé par 60 personnalités en faveur de la légalisation de cette pratique (cf. Synthèse de presse du 31/03/09)  et alors que le sujet devrait être évoqué au cours de la révision de la loi de bioéthique. Secrétaire d’Etat à la Famille, Nadine Morano s’est de nouveau prononcée en faveur de la légalisation de cette pratique.

En réponse à la position de Nadine Morano, Jean-Frédéric Poisson, député UMP des Yvelines et porte-parole du Forum des républicains sociaux (FRS), a déclaré que : "défendre les mères porteuses, c’est aller vers une société libertaire et utilitariste". "C’est une chose de déclarer vouloir dépassionner le débat, c’en est une autre de traiter les questions de société à coup de bulldozer", a-t-il poursuivi.

Libération (Charlotte Rotman) 15/04/09 – Le Parisien (Florence Deguen) 10/04/09 – Libération 11&12/04/09 – Le Figaro 11&12/04/09 – Romandie News 10/04/09 – Europe 1.fr 18/04/09 – Hebdo.ch (Michel Audétat) 16/04/09

Partager cet article

Synthèses de presse

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?
/ Fin de vie

Lésions cérébrales : les traitements arrêtés trop tôt ?

Certains patients souffrant de lésions cérébrales traumatiques et décédés après l'arrêt des traitements de « maintien en vie » auraient pu se ...
Estonie : condamné pour assistance au suicide
/ Fin de vie

Estonie : condamné pour assistance au suicide

Le tribunal du comté de Tartu, en Estonie, a condamné un homme en raison de ses activités illégales liées à ...
Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant
/ Génome

Guérir le VIH avec CRISPR ? Un essai in vivo décevant

La tentative d'Excision BioTherapeutics d'utiliser une thérapie génique basée sur l’outil CRISPR pour guérir le VIH ne s’est pas montrée ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres