7 associations s’inquiètent de l’examen du rapport sur la GPA par le Conseil de l’Europe

Publié le : 23 novembre 2015

Sept associations très diverses[1] ont publié un communiqué commun pour dénoncer les « intérêts privés, voulant vendre du ‘matériel humain’ », qui sont « en train de convaincre le Conseil de l’Europe d’admettre le principe de la maternité de substitution (GPA) ».

 

Ce communiqué est publié la veille de l’examen du rapport sur la GPA[2] par la Commission des questions sociales, de la santé et du développement durable du Conseil. La rédactrice de ce rapport, la sénatrice belge, Petra de Sutter, est également gynécologue et chef du département de Médecine de la Reproduction du CHU de Gent en Belgique, l »un des quatre hôpitaux belges pratiquant la GPA.

 

Le communiqué rappelle que Petra de Sutter « accompagne des mères porteuses, et ceux qui y recourent », et que « ce projet de rapport a été fait sans consultation de la société civile, après des échanges avec des parties financièrement intéressées (agences intermédiaires, avocats, médecins) ». Ils craignent que « la bureaucratie du système [européen] » conduise, « pas à pas, à l’adoption d’une recommandation qui équivaut à la mise sur le marché des mères et des enfants. »

 

Or les associations rappellent que « la maternité de substitution expose les femmes et les enfants à l’exploitation et à la marchandisation du corps », ce que des pays comme « l’Inde, la Thaïlande, le Népal, le Cambodge sont en train de comprendre ». 

 

« Le Conseil de l’Europe devrait être le gardien des droits fondamentaux des êtres humains. Il doit donc montrer l’exemple et protéger plus que jamais les personnes. Si le Conseil s’orientait vers une réglementation de la maternité de substitution, il abandonnerait les valeurs fondamentales de l’Europe », conclut le communiqué. 

 

[1] L’Assemblée des Femmes (ADF), la Coordination des associations pour le droit à l’avortement et à la contraception (CADAC), le Collectif pour le Respect de la Personne (CoRP), la Coordination lesbienne en France (CLF), CQFD/ Fierté lesbienne, le Centre Evolutif Lilith (CEL) et Elu/Es contre les violences faites aux femmes (ECVF).

[2] Droits de l’Homme et questions éthiques liées à la Gestation Pour Autrui.

<p>CoRPS (22/11/2015)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres