1er essai clinique français avec cellules embryonnaires humaines ?

Publié le 26 Nov, 2010

Le Pr. Ménasché s’apprête à mener les premiers essais cliniques français sur l’homme utilisant des cellules embryonnaires humaines (CESh) pour tenter un traitement de l’insuffisance cardiaque. "Nous nous sommes tournés vers les cellules souches embryonnaires  par défaut d’autres stratégies et nous ne garantissons pas le succès" indique-t-il.

Cet essai consiste à déposer sur le coeur endommagé après un infarctus un film de collagène colonisé par des cellules de muscle cardiaque obtenues à partir de cellules souches embryonnaires humaines. Celles-ci sont issues d’une banque de 600 millions de cellules souches embryonnaires obtenues à partir de CESh en provenance d’Israël. Située à Alès dans le Gard, cette banque a été créée par la société de biotechnologie Mabgène.

Ces essais ne sont pas sans susciter des craintes parmi lesquels le risque de développement de cancers ou celui de rejet des CESh, comme pour les greffes, puisque ces cellules proviennent d’un organisme étranger. Si les essais ont de mauvais résultats, les espoirs se tourneront alors vers les cellules iPS.

Le Figaro.fr (Tristan Vey) 26/11/10 – Libération (Sylvestre Huet) 26/11/10 

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres