175 médecins cosignent une tribune à la veille du vote de la proposition de loi Claeys-Leonetti

Publié le : 9 mars 2015

« La proposition de loi sur la fin de vie risque de renforcer l’isolement des patients », tel est le titre d’une tribune cosignée par 175 médecins dans le Figaro. Ils s’inquiètent du « changement de paradigme » qu’initierait ce projet de loi : à la fois en réduisant la relation patient-médecin à un contrat « demandeur-exécutant » « hyper individualiste », et en « transformant la traditionnelle obligation de moyens de la médecine hippocratique en une obligation de résultat ». Cette proposition de loi impose « une logique du tout ou rien » qui « ignore totalement la façon dont se prennent les décisions médicales », « fait fi de la notion de proportionnalité des soins » et « prend le risque de déresponsabiliser les médecins et de limiter leur créativité éthique ».

 

Ce « changement de paradigme» est introduit par deux modifications profondes de la loi Leonetti :

  • Les directives anticipées rendues contraignantes pour le médecin et valables sans limites de temps.
  • L’institution d’un « droit à la sédation », avec une condition « ambigüe », celle de « ne pas prolonger inutilement la vie ». Les médecins sont choqués d’une telle dénomination et y voient « clairement un risque euthanasique », car « depuis quand l’utilité d’une vie intervient-elle dans la décision médicale ? »

 

Autre problème du projet de loi soulevé dans cette tribune : la mention d’« actes professionnels qui ne figurent normalement pas dans les textes de loi » et le mélange « des bonnes pratiques professionnelles et injonctions données aux médecins », ce qui entraine « la confusion du débat et ouvre la porte à de nombreux contentieux ».

 

Ces 175 médecins montrent leur attachement à la loi Leonetti, qu’ils encouragent à faire connaitre et à appliquer. Enfin, ils invitent au développement des soins palliatifs, qui requiert « une vraie volonté politique et la solidarité de tous », la fin de vie n’étant pas seulement l’affaire du corps médicale. La Cour des comptes dans un rapport de 2015 souligne en effet que le « développement des soins palliatifs demeure dans notre pays très en deça des besoins et des attentes. » (Cf. Synthèse Gènéthique du 12 février 2015)

<p>Le Figaro 09/03/2015, (Dr Clémence Joly et 175 médecins co-signataires)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres