Vers un eugénisme sans douleur ?

Publié le : 24 février 2009

Docteur en philosophie et chercheur associée à l’Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (CNRS, Inserm, EHESS), Danielle Moyse publie, dans La Croix, une tribune sur l’eugénisme prénatal. L’auteur se demande si "la concrétisation des derniers "progrès" du dépistage prénatal de la trisomie 21" va "nous faire assister à l’éradication des derniers scrupules concernant l’élimination d’environ 90% des fœtus qui en sont déclarés porteurs".

Rappelons qu’en octobre dernier, des chercheurs de l’université de Stanford ont annoncé avoir mis au point un nouveau test précoce de dépistage de la trisomie 21 à partir d’une simple prise de sang : il se fonde sur l’analyse de l’ADN du fœtus circulant dans le sang de la mère (cf. Synthèse de presse du 07/10/08). L’"avantage" de cette technique est d’éviter l’amniocentèse, qui entraîne une fausse-couche dans 1% des cas, y compris pour les fœtus "normaux", et c’est ce qui émeut… "En ce qui concerne les fœtus porteurs de trisomie, toute inquiétude de ce genre a en effet déjà été étouffée", souligne Danielle Moyse, "si l’on réalise une amniocentèse dans le but de détecter cette anomalie, qui ouvre "droit" à une "interruption médicale de grossesse", il va de soi que, au cas où une fausse couche se produirait qui expulserait un fœtus "mongolien", comme on dit encore, une telle réaction de l’organisme maternel ne ferait qu’anticiper le geste fœticide qui se serait très probablement produit !".

En résumé, comprenez que ce nouveau test permettra de "sauver des fœtus "normaux"" ; "pour "les autres", la légitimité de leur élimination est une affaire admise par la politique de dépistage généralisée". Il serait en effet illogique de dépister de façon massive la trisomie 21 sans que cela ne conduise à l’élimination anténatale des fœtus concernés, "en un contexte où aucune recherche publique n’est menée pour tenter de soigner cette anomalie".

Danielle Moyse dénonce ensuite ce "progrès" du dépistage prénatal dans la mesure où, réalisé dans les premières semaines de grossesse, il permettrait la suppression du fœtus atteint de trisomie 21 "à un stade si précoce que cela épargnerait à la mère la violence d’un avortement, réalisé jusque là à un moment de la gestation où elle a, comme on dit, "investi" le futur enfant de telle manière qu’il lui faut en faire le deuil dans les larmes et la douleur".

"Par l’invention de tests réalisés en tout début de grossesse, ne serions-nous pas (ne sommes-nous pas, déjà ?) à la veille d’une sélection qui, par son caractère presque indolore, ferait taire les dernières inquiétudes à son sujet ?", remarque l’auteur qui se demande pourquoi une telle pratique ne s’étendrait pas à d’autres maladies. Comment donc "éviter la sournoise mise en place d’une gestion de plus en plus normative des naissances" ? "Le droit de sélectionner, brandi au nom de la liberté, ne sera-t-il pas alors l’aliénation suprême (…) ?"

 

La Croix 24/02/09

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres