Tester les ovocytes pour prévoir des maladies génétiques ?

Publié le : 29 juin 2010

Une nouvelle technique de dépistage des ovocytes permettrait de prédire des problèmes génétiques dans 90% des cas. Certains espèrent qu’elle augmentera le taux de réussite des fécondations in vitro. Mais les experts européens de la fertilité avertissent qu’il n’est pas sûr qu’elle entraîne une augmentation du taux de naissances.

Pour certains spécialistes, réunis à Rome à la conférence de la Société européenne de la reproduction humaine et de l’embryologie (European Society of Human Reproduction and Embryology, ESHRE), la méthode consistant à examiner les ovocytes pourrait être plus sûre et plus précise que certains tests recherchant des problèmes génétiques à partir de cellules prises sur un embryon en développement. La technique consiste à tester le corps polaire de l’ovocyte qui contient une copie du matériel génétique de celui-ci, ce qui permet aux médecins de voir s’il y a trop ou pas assez de chromosomes.

Les dernières analyses faites sur 200 ovocytes de 41 couples auraient montré qu’il s’agit d’une méthode fiable pour repérer les anomalies génétiques.

Le Pr Simon Fishel, directeur de Care Fertility, qui a ouvert la voie au test et l’a effectué sur plus de 150 femmes affirme qu’il double les chances de grossesse. "Si cette technologie est prouvée aussi efficace que nous le pensons, alors la logique serait que tous les patients en profitent, pas seulement les plus âgés". De son côté, le Pr. Joep Geraedts, qui a dirigé le groupe de travail de l’ESHRE sur ce test, annonce qu’un vaste essai va être lancé sur plusieurs centaines de femmes : "j’espère que cela augmentera le taux de grossesses mais on ne peut le dire [pour le moment] – c’est pourquoi nous avons besoin d’un autre essai".

BBC News (Emma Wilkinson) 28/06/10

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres