Test libre du sexe du foetus à 10 semaines

Publié le 16 Juin, 2009

"Intelligender"…Tel est le nom du test disponible sur internet commercialisé par une firme texane et permettant aux futurs parents de connaître le sexe de l’enfant, dès 10 semaines et pour la modique somme de 35 $ (soit 25 €). Il est le premier à être si peu cher, et si précoce : les tests existant jusqu’alors étaient longs, coûteux et compliqués.Ce test urinaire classique, complété par un mélange chimique gardé secret, donne la réponse en dix minutes: vert si c’est un garçon, orange si c’est une fille. La fondatrice d’Intelligender, Rebecca Griffin, affirme que le test est sûr à 80%.

Si sa commercialisation est autorisée dans 11 pays, elle ne l’est pas en France. La loi de bioéthique du 6 août 2004 définit en effet le DPN comme "les pratiques médicales ayant pour but de détecter in utero chez l’embryon ou le foetus une affection d’une particulière gravité". "Dans le cadre du diagnostic prénatal (c’est-à-dire l’ensemble des examens mis en oeuvre pour le dépistage précoce des maladies ou des malformations du foetus), on ne peut pas chercher à connaître le sexe de l’enfant", rappelle de son côté l’Agence de la biomédecine. Pour autant, rien n’empêche les futurs parents de se procurer le test par internet. Ce dépistage de convenance inquiète le corps médical car – outre le doute sur son efficacité véritable – il échappe à tout accompagnement et encadrement professionnel. Surtout, il pose le problème de la sélection des naissances, les couples pouvant avoir un libre recours à l’avortement après un diagnostic si précoce.

Le Figaro 11/06/09 – Famili.fr 12/06/09

Partager cet article

Synthèses de presse

01bis_embryon

Etats-Unis : trois souriceaux nés d’une cellule de peau

Dirigé par Shoukrat Mitalipov, des chercheurs ont fait naitre des souriceaux à partir d'une cellule de peau et d'un ovocyte ...
02_fin_de_vie_soins_palliatifs
/ Fin de vie

Sédation palliative : une nouvelle directive aux Pays-Bas

En juin 2022, la KNMG et l’IKNL ont publié une révision de la directive relative à la sédation palliative ...
Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR
/ Génome

Maladies cardiaques : 36 millions d’euros pour un traitement CRISPR

Une équipe internationale vient de remporter le Big Beat Challenge, pour son projet de thérapie génique visant les maladies cardiaques ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres