Suicide assisté : le lobbying suisse influent à l’international

Publié le : 15 novembre 2018

Plusieurs organisations suisses sont actives politiquement et juridiquement au-delà de leurs frontières pour prôner l’assistance au suicide. C’est le cas de la fondation Eternal Spirit, dont la présidente soutient la légalisation du suicide assisté dans les médias et conférences internationales. C’est aussi le cas de l’association EXIT ADMD Suisse Romande qui est rattachée à la fédération mondiale des organisations défendant l’accès volontaire à l’euthanasie. Mais c’est surtout le cas de l’association Dignitas, qui multiplie les actions de lobbying à l’étranger, en toute discrétion.

 

L’objectif de Dignitas est de se rendre « superflue », c’est-à-dire de faire légaliser l’assistance au suicide partout afin de ne plus prendre en charge en Suisse les personnes étrangères qui n’y aurait pas accès dans leur pays. Pour cela, Dignitas mène et soutien des poursuites judiciaires dans des « procès exemplaires » : ce fut le cas devant la CEDH mais aussi devant la cour constitutionnelle fédérale allemande. L’association participe aux procédures de consultation parlementaire, notamment en Allemagne, en Angleterre, en Australie et au Canada. Elle forme des politiciens et des avocats étrangers, dispose d’un réseau international et encourage la création d’antennes indépendantes dans d’autres pays.

 

Ainsi, Dignitas se félicite de plusieurs décisions auxquelles elle a concouru : « La Cour suprême du Canada a jugé, en 2015, que l’interdiction de l’aide médicale à mourir était inconstitutionnelle. En Allemagne, le Tribunal administratif fédéral a déclaré, en 2017, que « tout individu bénéficiait d’un ‘droit à l’autodétermination’ garanti par la Constitution ». Enfin, le Parlement du Victoria en Australie a adopté, fin 2017, un projet de loi sur la «mort assistée» ».

 

Cette « ingérence » suisse sur un sujet aussi controversé « suscite l’indignation » de ceux qui en ont connaissance : «Il est irresponsable de la part des gouvernements de prendre au sérieux les rapports d’un tel lobby lorsqu’ils envisagent de légaliser l’aide au suicide», pointe Alex Schadenberg, directeur général de la Coalition pour la prévention de l’euthanasie au Canada.

<p>Swiss info (14/11/2018)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres