Sondage sur la GPA en Belgique : « Ce n’est pas une priorité politique »

Publié le : 28 octobre 2015

Le Sénat belge se penche sur la question de la GPA depuis quelques mois (cf. Gènéthique du 27 octobre 2015).  Action pour la Famille[1] conteste cette initiative du Sénat qui intervient « en l’absence de demande de la société et sous la pression de lobbies très minoritaires ». Elle appuie sa contestation sur un sondage, réalisé du 1er au 5 octobre 2015 sur 1605 belges.

 

Ce sondage met en avant  un « grand manque d’information au sein de la population sur une pratique qui fait courir de grands risques aux femmes plus précarisées et aux enfants dont la naissance négociée est marquée à jamais du sceau de l’abandon par la femme qui les a portés » : seul 49% des personnes sondées disent être au courant de la problématique de la GPA.

 

Action pour la famille souligne également trois points :

  • Il n’y a pas de majorité en faveur de la pratique de la GPA en Belgique (et notamment parmi les personnes sans enfants « le pourcentage des personnes favorables à la GPA tombe à 39% »).
  • Pour la majorité des personnes interrogées (52%) la législation sur la GPA n’est pas une priorité politique. Action pour la Famille demande par ailleurs au Sénat de programmer davantage d’auditions, « en particulier de représentantes d’associations de femmes », et « des témoignages de mères porteuses » (cf. Gènéthique du 14 octobre 2015).
  • La pratique de la GPA est toujours commerciale : « La GPA revient à traiter des femmes et des enfants comme des produits qui s’achètent et se vendent. La GPA ‘altruiste’ ou ‘éthique’ n’existe tout simplement pas ».

 

Action pour la Famille appelle à une interdiction internationale de la GPA, « seule solution véritablement humaine », « comme le demandent entre autres le premier ministre socialiste français Emmanuel Valls, les philosophes Michel Onfray et Sylviane Agacinsky et la psychologue Catherine Dolto ».

 

Ce sondage est publié alors que la Commission finalise son rapport qui « devrait être approuvé par le Sénat en séance plénière le 11 décembre ».

 

[1] Organisation « pluraliste et citoyenne, animée et soutenue par des personnes d’opinions politiques et de convictions religieuses et philosophiques diverses ». Elle a pour objectif de défendre et de promouvoir la famille naturelle. A ce titre, Action pour la famille « lance et soutient des initiatives, principalement au niveau politique, visant à instaurer les conditions les plus favorables au bien-être de la famille ».

<p>Action pour la famille (26/10/2015)</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres