Sciences du vivant : quelle valeur donner aux corrélations positives entre deux variables ?

Publié le 7 Oct, 2014

Dans une « carte blanche » donnée à Nicolas Gompel et Benjamin Prud’homme par le quotidien Le Monde, les deux généticiens s’interrogent sur la valeur que l’on peut accorder aux corrélations faites entre des données séquencées. Ils précisent qu’il est aujourd’hui possible de produire un grand nombre données en un temps record : ainsi en est-il de la possibilité de séquencer « en quelques heures, le génome de n’importe quel être vivant, plusieurs centaines de millions de lettres d’ADN ». On peut « connaître l’activité de ces génomes avec une précision inouïe” et avoir “un aperçu exhaustif et global d’un processus cellulaire ou du génome d’un organisme ». Au final, des liens peuvent ainsi être identifiés « entre l’information génétique et certaines caractéristiques biologiques, telles des prédispositions génétiques à certaines maladies. » Mais pour N. Gompel et B. Prud’homme, « ces liens ne sont que des corrélations, plus ou moins fortement soutenues par des probabilités, et non pas des liens de causalités. […] Une corrélation positive entre deux variables n’implique pas forcément que l’une détermine l’autre. »

 

Si des corrélations peuvent être établies, « peuvent-elles remplacer l’approche expérimentale de faire fi des tests de causalités?” Pour ces généticiens, les deux approches sont complémentaires : « ces corrélations doivent […] être considérées comme autant d’hypothèses à tester. […] A ce jour, rien ne remplace la force des tests expérimentaux et l’analyse cartésienne pour identifier des liens de causalités“. Bien qu’elle puisse prendre beaucoup de temps et être particulièrement onéreuse, l’expérimentation “reste un pilier essentiel de la compréhension ». 

Le Monde “Sciences & médecine” (Nicolas Gompel – Benjamin Prud’homme) 08/10/2014

Partager cet article

Synthèses de presse

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches
/ Génome

Gene-drive : l’Uruguay veut rendre stériles des mouches

En Uruguay, des chercheurs ont mis au point une technique de « gene-drive » pour éradiquer des vers dévastateurs ...
Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres