Recherche sur les cellules embryonnaires : ”en attente” de décret

Publié le 3 Oct, 2005

Marc Peschanski, un des chercheurs  les plus impliqués dans la recherche sur les cellules souches embryonnaires s’indigne contre le "retard" du décret d’application  de la loi de bioéthique du 6 août 2004, qui doit  définir les conditions dans lesquelles les biologistes français seraient autorisés à mener des recherches sur les embryons humains. 

« Tant que le décret n’est pas publié, nous ne sommes pas autorisés à engager les véritables recherches que nous souhaitons mener »,  s’exclame-t-il. « Cette situation est proprement inacceptable. »

Dans un projet de décret il est prévu de faire la distinction entre « études » et « recherches »,  et de protéger l’anonymat du couple à l’origine de l’embryon utilisé. Les embryons ne peuvent pas provenir de clonage quel qu’il soit, mais seulement d’embryons conçus par fécondation in vitro pour des couples pratiquant l’assistance médicale à la procréation, et ne souhaitant plus en disposer.

Marc Peschanski soupçonne le Conseil d’État de vouloir retarder la sortie du décret : «  Il faut se souvenir en effet que c’est le Conseil d’État, qui, en juin 2001, s’était opposé à la légalisation de la pratique du clonage à visée thérapeutique », rappelle-t-il.

Le Monde (Jean-Yves Nau) 01/10/05

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Autiste et suicidaire, un Belge de 26 ans demande l’euthanasie « surtout pour ses parents »
/ Fin de vie

Autiste et suicidaire, un Belge de 26 ans demande l’euthanasie « surtout pour ses parents »

Un jeune Belge, diagnostiqué haut potentiel et autiste, a effectué 7 tentatives de suicide. « Après en avoir discuté avec ...
istock-518234140
/ Genre

Genre : ménopausées à 20 ans à cause de la testostérone

Une étude révèle que les hommes transgenres souffrent de problèmes « post-ménopause », comme l'incontinence, dès l'âge de 20 ans ...
Kenya : vendre des données de santé en échange d’un rendez-vous médical
/ E-santé

Kenya : vendre des données de santé en échange d’un rendez-vous médical

Au Kenya, l’application Snark Health propose aux patients de vendre leurs données de santé pour ne pas avoir à payer directement leurs ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres