Réactions sur les nouveaux manuels de biologie

Publié le : 3 juin 2011

Les nouveaux manuels de biologie des classes de Première qui font implicitement référence à la théorie du gender, théorie selon laquelle la différence sexuelle est une pure construction sociale, (cf. Synthèse de presse du 23/05/11) font réagir.

Les Associations familiales catholiques ont envoyé une lettre au ministre de l’éducation Luc Chatel et organisé une pétition de protestation.

Vendredi 27 mai 2011, l’enseignement catholique a alerté les directeurs diocésains, leur demandant de transmettre l’information à leurs chefs d’établissement. Son secrétaire général adjoint Claude Berruer, signataire de la lettre y rappelle "qu’on naît fille ou garçon, on n’est pas un être indifférencié sexuellement à la naissance. Ce n’est pas rendre service à des jeunes de leur dire que tous les possibles sont équivalents. Le choix des manuels n’est pas anodin. Nous recommandons de faire preuve de vigilance sans pour autant dramatiser." Pour Thibaud Collin, professeur de philosophie en classe préparatoire au lycée Stanislas, à Paris, et auteur d’essais sur ces questions : "La prime à l’indifférenciation sexuelle promeut en fait l’homosexualité. Ces théories sont une tête de pont pour un changement radical de société."

Du côté des éditions qui ont publié les ouvrages incriminés (Bordas, Belin et Nathan), on proteste que les livres sont strictement conformes au programme établi par l’Education nationale : "On nous demande d’évoquer l’influence du contexte sur le comportement sexuel. Il n’y a là rien de choquant", défend Mahin Bailly, responsable des éditions Bordas.

Pour Françoise Milewski, initiatrice du programme "genre" à Sciences-Po, les personnes qui s’élèvent contre les nouveaux manuels défendent un "point de vue rétrograde qui rejette tout ce qui n’est pas dans la norme de l’hétérosexualité".

Pourtant, si l’enseignement catholique avait alerté dès l’automne 2010, dans un document sur l’éducation affective, relationnelle et sexuelle, sur les théories du genre, il ne refuse pas un débat sur la question. "La théorie du genre se diffuse dans notre environnement. Il est assurément indispensable d’ouvrir un débat avec les lycéens sur cette question qui ne concerne pas que les enseignants de SVT", déclare dans sa lettre Claude Berruer.

Le Figaro (Marie-Estelle Pech) 02/06/11

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres