Pourquoi un prêtre ne peut-il pas s’engager dans l’accompagnement de l’euthanasie ?

Publié le 15 Sep, 2015

Xavier Dijon, professeur émérite de droit de la Faculté de droit de Namur revient sur l’assistance fournie par certains prêtres en Belgique aux patients en fin de vie engagés dans un processus d’euthanasie.

 

A ses yeux, l’accompagnement d’un prêtre dans un tel processus de « transgression euthanasique », en réalité, fait « grandir la transgression elle-même », car elle vient décharger la conscience des soignants qui posent le geste ou y participent, ainsi que celle du patient lui-même qui n’a plus l’impression de transgresser la vie.

 

Il est nécessaire de percevoir « la nudité de l’être confronté à son destin dramatique », ainsi que le « caractère indépassable de la vie et le salut dont témoigne le prêtre pour comprendre que le prêtre est plutôt appelé à dire au patient ‘je ne me suis pas fait moi-même’,  ‘nulle personne, pas même le sujet lui-même, ne peut y porter atteinte’, au lieu de cautionner par sa présence cette transgression. Car, « toute vie humaine, du seul fait qu’elle est là, (…) mérite le respect » et que « même entourée par l’esthétique déculpabilisant, la transgression euthanasique reste objectivement une transgression car, répétons-le, l’être humain n’a jamais le droit de mettre fin à la vie d’un autre ».

 

Pour Xavier Dijon, il faut plutôt considérer la demande d’accompagnement faite au prêtre comme « un rituel spirituel qui manifeste la condition éminemment humaine du malade » qui permette de « renverser la proposition » euthanasique et l’amener à la récuser.

 

Il rappelle enfin que face à la souffrance exacerbée des malades, chacun est appelé « à fournir toute l’aide qui permettre au malade de la porter : le médecin, par ses soins consciencieux et attentifs ; la famille et les amis, par leurs marques d’affection ».

 

La Libre.be (14/09/2015)
 

Partager cet article

Synthèses de presse

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées
/ Génome

Projet « All of Us » : plus de 275 millions de nouvelles variations génétiques identifiées

Une analyse des données génomiques de près de 250 000 personnes a permis d'identifier « plus de 275 millions de ...
Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques
/ Genre

Risque de suicide : au-delà de la dysphorie de genre, prendre en compte les antécédents psychiatriques

Selon une étude, la dysphorie de genre ne semble pas être un facteur prédictif de la mortalité par suicide lorsque ...
heartache-1846050_960_720

Un protocole pour produire des valves cardiaques à partir de cellules iPS humaines

Des chercheurs ont développé un protocole « efficace » pour induire la différenciation de cellules iPS humaines en cellules valvulaires fonctionnelles ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres