Médecins : la crainte des poursuites judiciaires

Publié le : 27 janvier 2004

Laurent Degos, Professeur de l’université Paris VII s’interroge dans le quotidien La Croix sur ce qui dicte la pratique des médecins.

Récemment à la suite de plusieurs décisions de justice, les médecins ont modifié leur pratique et leur attitude vis-à-vis de leurs patients parce qu’ils craignent de plus en plus les procès. La relation médecin – patient a radicalement changé. Les discussions confiantes entre médecins et malades sont remplacées par « la délivrance d’un écrit relatant exhaustivement tous les accidents et incidents qui pourraient survenir ». Les hospitalisations sont de plus en plus courtes afin d’éviter tout risque d’infection et laissent à la famille le soin de la prise en charge de la personne dès sa sortie de l’hôpital.

La pratique médicale est donc basée sur la peur de poursuites judiciaires et non plus sur la confiance entre médecins et malades. Laurent Degos rappelle qu’il n’est pas d’acte médical sans risque. Certes l’erreur médicale est condamnable mais la poursuite des médecins ne semble pas la meilleure solution pour obtenir une indemnisation.

La Croix 27/01/04

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres