Loi Leonetti : Bilan d’étape de la mission d’évaluation

Publié le 21 Juil, 2008

Le journal Le Monde a interviewé Jean Leonetti, député UMP chargé par le gouvernement d’une mission d’évaluation de la loi sur la fin de vie du 22 avril 2005. Il dresse un bilan d’étape de ses travaux après trois mois d’auditions.

Pour Jean Leonetti, la loi sur la fin de vie est encore très mal connue dans le milieu médical. Il dénonce le fait que beaucoup de gens continuent de mourir à l’hôpital en souffrant alors que la loi autorise le fait de calmer la douleur même si cela a pour second effet d’entraîner la mort.

Il explique que lorsque la médecine estime qu’i n’y a plus rien à faire, elle doit accompagner le malade jusqu’à l’endormissement. "La sédation terminale n’est pas inscrite dans la loi ou le règlement, mais s’il faut l’écrire, on le fera", déclare-t-il.

Créer une exception d’euthanasie se heurterait selon lui à plusieurs obstacles juridiques : "de quel droit des experts, placés au dessus des citoyens, pourraient dire si une personne peut mourir ou non ? et s’ils refusent devant quelle instance faire appel ? etc...".

Pour lui les demandes de mort exprimées en fin de vie peuvent être résolues avec la loi de 2005. En effet l’arrêt des traitements et l’accompagnement sans douleur peuvent offrir au malade une fin de vie apaisée.

Il rappelle que dans l’affaire Chantal Sébire*, cette dernière refusait les soins et demandait en réalité un suicide assisté. "Le suicide doit rester une liberté et non devenir un droit opposable" explique-t-il. "Car, si on ouvre cette porte, comment limiter et restreindre ce droit à la mort, comment le cantonner? " ajoute-t-il.

Enfin, il prône la création d’un observatoire sur la fin de vie pour savoir "comment les personnes sont accompagnées et quels médicaments leur sont administrés".

*Agée de 52 ans et atteinte d’une tumeur incurable, Chantal Sébire avait demandé à la justice, mercredi 12 mars, la possibilité de "bénéficier d’un suicide médicalement assisté" (cf. Synthèse de presse du 13/03/08). Sa demande avait été refusée par le tribunal de grande instance de Dijon le 17 mars (cf. Synthèse de presse du 18/03/08). 2 jours plus tard, elle était retrouvée morte à son domicile, après avoir absorbé un barbiturique (cf. Synthèse de presse du 20/03/08).

Le Monde (Cécile Prieur) 21/07/08 – Le Figaro.fr 18/07/08 – Libération 21/07/08

Partager cet article

Synthèses de presse

pixabay_-pregnant-1245703_640
/ Tous les autres thèmes

Rupture prématurée du sac amniotique : des réparations spontanées grâce au fœtus

Des scientifiques japonais de l'université de Kyoto se sont penchés sur des cas où le sac endommagé « se répare de ...
L’impact de la grossesse sur le cerveau du père
/ Tous les autres thèmes

L’impact de la grossesse sur le cerveau du père

"L’expérience des soins apportés à un nourrisson peut laisser une trace dans le cerveau des nouveaux parents" ...
Inde : Quatre femmes décèdent dans un "camp de stérilisation"
/ IVG-IMG

Inde : Quatre femmes décèdent dans un “camp de stérilisation”

Fin août, quatre Indiennes sont décédées dans un "camp de stérilisation" à la périphérie de la capitale de l’Etat de ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres