Loi du 4 mars 2002 sur le soin aux mineurs

Publié le : 19 novembre 2002

Les médecins expriment leur difficulté à appliquer l’une des dispositions de la loi du 4 mars 2002 selon laquelle si un mineur veut expressément « garder le secret sur son état de santé« , « le médecin peut se dispenser d’obtenir le consentement du ou des titulaires de l’autorité parentale sur les décisions médicales à prendre lorsque le traitement ou l’intervention s’impose pour sauvegarder la santé » de ce mineur. Les médecins sont inquiets du risque d’isolement qui peut en résulter chez ces jeunes en particulier quand il s’agit de cas d’interruption de grossesse, de toxicomanie ou de menace suicidaire.

<p>La Croix (Marianne Gomez) 19/11/02</p>

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres