Loi du 4 mars 2002 sur le soin aux mineurs

Publié le 19 Nov, 2002

Les médecins expriment leur difficulté à appliquer l’une des dispositions de la loi du 4 mars 2002 selon laquelle si un mineur veut expressément “garder le secret sur son état de santé“, “le médecin peut se dispenser d’obtenir le consentement du ou des titulaires de l’autorité parentale sur les décisions médicales à prendre lorsque le traitement ou l’intervention s’impose pour sauvegarder la santé” de ce mineur. Les médecins sont inquiets du risque d’isolement qui peut en résulter chez ces jeunes en particulier quand il s’agit de cas d’interruption de grossesse, de toxicomanie ou de menace suicidaire.

La Croix (Marianne Gomez) 19/11/02

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Jersey : un pas de plus vers l'« aide à mourir »
/ Fin de vie

Jersey : un pas de plus vers l’« aide à mourir »

Mercredi, les responsables politiques de Jersey ont voté en faveur d'un projet visant à autoriser l'« aide à mourir » ...
booties-2047596_1920

Choisir le sexe de son futur bébé : un marché de 500 millions de dollars

Aux Etats-Unis, sélectionner le sexe de son futur enfant dans le cadre d’une fécondation in vitro est légal. Un marché ...
hacker
/ E-santé

Ecosse : des données relatives à la santé mentale d’enfants divulguées

Le NHS Dumfries and Galloway a confirmé que des données relatives à la santé mentale d’enfants ont été publiées par ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres