Les femmes ayant accouché d’un bébé né d’un don d’ovocyte moins proches de leur nouveau-né ?

Publié le 10 Oct, 2018

 

Les femmes qui ont accouché de bébés issus d’un don d’ovocyte ne seraient pas aussi proches de leur bébé, et certaines ont avoué avoir du mal à assumer de ne pas avoir de lien biologique avec leur enfant. C’est ce que révèle une étude, publiée dans The Journal Child Developpement, menée par le Centre de recherche pour la famille de l’Université de Cambridge auprès de 85 femmes britanniques qui ont eu recours au don d’ovocyte. Chaque fois, le partenaire était le père biologique et le bébé avait entre six et 18 mois.

 

«Les femmes qui ont recours à un don d’ovocyte ont souvent emprunté un chemin plus long pour devenir mères », a déclaré le Dr Susan Imrie, co-auteur de l’étude. «Nos recherches montrent que certaines femmes ont encore du mal à trouver leurs marques ».

 

Les chercheurs, qui ont filmé des parents jouant avec leur enfant pendant dix minutes, ont remarqué que les femmes étaient moins sensibles au sourire de leur bébé ou leur répondaient moins quand ils pointaient vers elles un jouet ou montraient des signes d’ennui. Elles étaient aussi moins aptes à structurer leurs activités. De leur côté, les bébés réagissaient moins à leur vue, souriaient moins et impliquaient moins leur mère, par exemple en agitant ou en leur tendant des jouets. L’étude suggère que les femmes qui interagissent différemment avec leur bébé né d’un don d’ovocytes, peuvent susciter une réaction différente de ceux-ci.

 

Par ailleurs, ces femmes avaient moins confiance en leurs compétences parentales ; l’étude suggère cependant que cette composante pourrait être liée à l’âge des mères.

 

«Les femmes qui ont recours à un don d’ovocyte ont souvent emprunté un chemin plus long pour devenir mères », a déclaré le Dr Susan Imrie, co-auteur de l’étude. «Nos recherches montrent que certaines femmes ont encore du mal à trouver leurs marques ». L’étude suggère que ces comportements sont susceptibles d’évoluer avec le temps pour se rapprocher de ceux des familles conventionnelles d’enfants nés par PMA.

 

Des études complémentaires sur des populations plus larges et des temps plus longs doivent encore être menées.

 

En Grande-Bretagne, 1400 bébés sont nés d’un don ovocytaire en 2016, soit trois fois plus qu’il y a 20 ans.

 

Daily Mail, Victoria Allen (09/10/2018)

Partager cet article

Synthèses de presse

pixabay_-_question-mark-1872665_340
/ Genre

Bloqueurs de puberté : des données « insuffisantes »

Sur l'utilisation des bloqueurs de puberté, « les études contrôlées, à long terme, claires et concluantes, font défaut à l'heure actuelle » ...
Greffe de cellules souches : un patient en rémission du VIH et de la leucémie
/ Génome

Greffe de cellules souches : un patient en rémission du VIH et de la leucémie

Cinq ans après une greffe de cellules souches, un Californien de 68 ans, n'a plus aucune trace du VIH, ni ...
FIV : deux propositions de loi adoptées par l’Assemblée législative de l’Alabama
/ PMA-GPA

FIV : deux propositions de loi adoptées par l’Assemblée législative de l’Alabama

Les deux chambres de l’Assemblée législative de l’Etat de l’Alabama ont adopté des propositions de loi visant à "protéger" la ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres