Le business des tests génétiques

Publié le 23 Oct, 2007

Le Monde consacre un dossier au business des tests ADN. En 2006, le marché mondial du diagnostic in vitro (DIV) représentait plus de 30 milliards d’euros.

Outre les acteurs du système de soin, les principales cibles de ce marché sont des particuliers, des magasins, des écoles ou encore des entreprises. De plus en plus de patients notamment se tournent vers les tests en vente libre.

Les DIV reposent à la fois sur des techniques traditionnelles d’analyse (hématologie, immunologie, biochimie, microbiologie…) et sur deux techniques plus récentes en plein essor : les tests de glucose et le diagnostic moléculaire. Les tests moléculaires (ou génétiques) étudient et mesurent les variations et mutations du matériel génétique humain. Ils représentent 20% du marché mondial et croissent chaque année de 12 à 15%. Ces tests sont utilisés dans la médecine de pointe, dans la lutte contre le bioterrorisme, l’alimentation ou encore la santé publique mais, surtout, de plus en plus, dans le développement de nouveaux médicaments ciblés qui ouvrent la voie à la médecine personnalisée. Ces tests génétiques devraient permettre d’élaborer des médicaments sur mesure.

Le quotidien cite l’exemple d’une entreprise de diagnostic génétique, Labgenetics, implantée à Madrid et à Mexico, au "business florissant". Equipée de son propre laboratoire d’analyse génétique, Labgenetics propose, via Internet et en espagnol, anglais, français et portugais, deux sortes de diagnostic génétique, aux particuliers et aux professionnels. Les premiers tests ont une finalité médicale : ils permettent de détecter une prédisposition à telle ou telle maladie (Alzheimer, Parkinson…). Les seconds, qui représentent les 3/4 des demandes des particuliers, concernent la paternité. Quant aux professionnels qui s’intéressent à de tels tests, il s’agit en grande majorité de détectives privés. Labgenetics affirme en revanche ne pas traiter avec les compagnies d’assurance. "Nous ne faisons de diagnostic génétique prédictif que pour des personnes qui se présentent volontairement, et elles doivent manifester leur consentement éclairé", assure M. Puente, directeur technique de l’entreprise, qui se réjouit de ne pas connaître les conséquences de ces tests chez les demandeurs. En 2007, l’activité de Labgenetics a augmenté de 40% par rapport à 2006 et son chiffre d’affaires est estimé à 400 000 euros.

En 2005, les 10 premiers producteurs de DIV ont réalisé 80% du chiffre d’affaires mondial (contre 60% il y a 20 ans). Quelques géants de l’industrie pharmaceutique – dont Roche, Siemens, General Electric Healthcare –  concentrent le marché entre leurs mains. Laboratoires pharmaceutiques et spécialistes de l’imagerie médicale se battent à coup de milliards autour d’un nouveau concept : la médecine personnalisée. Pourtant, nombreux sont ceux qui ne croient pas en cette stratégie de développement : "les points de convergence réels entre la pharmacie et le diagnostic se comptent, selon eux, sur les doigts d’une main", préférant parier sur la stratégie du "blockbuster", c’est-à-dire celle du médicament pour tous vendu à bas prix.

En France, la loi de bioéthique de 2004 autorise le recours aux tests génétiques dans un cadre médical ou de recherche scientifique. Ces tests ne peuvent être prescrits que par un médecin et nécessitent un "consentement éclairé" préalable de la part du patient. Les résultats de ces tests doivent enfin être rendus et expliqués par le médecin prescripteur. La législation prévoit aussi que l’Agence de la biomédecine agrée les médecins et les pharmaciens qui pratiquent ces tests, mais le décret n’est pas encore sorti.

Pour Carine Camby, directrice de l’Agence de la biomédecine, ces tests génétiques posent deux problèmes majeurs : la compréhension par les utilisateurs de ces tests difficiles à interpréter ; et leur disponibilité croissante via Internet. Mais, s’il semble impossible d’endiguer un tel développement sur Internet, il serait souhaitable d’en limiter les effets pervers en les assortissant d’un accompagnement médical. Cet accompagnement est d’autant plus nécessaire que la fiabilité de ces tests n’est pas garantie : aucune évaluation n’est en effet préalablement nécessaire à leur mise sur le marché. Enfin, un autre problème se pose, les résultats de ces tests peuvent intéresser les membres de la famille concernée… Entre secret médical et droit à l’information, Carine Camby propose de s’appuyer sur le discernement des professionnels.

Pour conclure, Jean-Jacques Cassiman, professeur de génétique humaine à la faculté de médecine de l’Université catholique de Louvain en Belgique, estime le chiffre d’affaires potentiel du marché des tests génétiques en Europe entre 900 000 euros et 28 millions d’euros par million d’habitants, "selon l’ampleur des prescriptions des professionnels de santé".

Le Monde (Yves Mamou, Cécile Chambraud, Claudine Mulard, Paul Benkimoun) 23/10/07 – Le Quotidien du Médecin (Dr Isabelle Stroebel) 24/10/07

Partager cet article

[supsystic-social-sharing id='1']

Synthèses de presse

Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?
/ Genre

Etats-Unis : la pandémie de Covid à l’origine de l’augmentation des dysphories de genre ?

Selon un rapport, le nombre de demandes de prise en charge pour des questions liées à l’« identité de genre » chez ...
Pilule
/ IVG-IMG

Pilule abortive : la Cour suprême américaine lève les restrictions

Les juges de la Cour suprême ont estimé que les plaignants, des associations de médecins ou des praticiens opposés à ...
Epigénétique : une nouvelle cause potentielle de l’infertilité masculine
/ PMA-GPA

Epigénétique : une nouvelle cause potentielle de l’infertilité masculine

Selon une étude, une régulation défectueuse du génome lors de la spermatogénèse pourrait être une cause potentielle d’infertilité masculine ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres