La tragédie de l’enfant-clone

Publié le : 14 janvier 2003

François Ansermet, médecin-chef au Service universitaire de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent à Lausanne, commente la naissance d’Eve, "bébé clone".
Il explique que le clonage reproductif est une catastrophe car "il s’attaque à la part de liberté, d’imprévisible, avec laquelle chaque individu vient au monde et qui est l’espace de son devenir". Alors qu’il faut "deux pour faire un", avec le clonage "un vient de un" ce qui nie la différence des sexes et celle des générations, qui sont les fondements de l’ordre symbolique permettant à l’individu de se construire.
Il explique que l’enfant-clone demeure un être unique et par conséquent n’est pas la copie attendue des parents et ne peut donc réaliser le fantasme du parent. L’enfant-clone est donc condamné à décevoir ses parents.
Pour François Ansermet, "la vraie tragédie de l’enfant-clone est moins génétique que psychologique".
Il montre que la vision raélienne du monde est à l’image du mythe de Prométhée à l’envers. Dans ce mythe, les humains en passant à la reproduction sexuée deviennent mortels. C’est un mythe novateur à l’époque. Raël en proposant de devenir immortel par la reproduction non sexuée fait ainsi régresser l’humanité.

Le Temps (Anna Lietti) 13/01/03

Partager cet article

Synthèse de presse

Chronique audio

Textes officiels

ressources

Fiches pratiques

Bibliographies

S'abonner aux lettres