La médecine prédictive “réduit l’homme à ses gènes”

Publié le 4 Nov, 2015

« Faut-il avoir peur de la médecine prédictive ? (…) Ouvre-t-elle la porte à l’eugénisme ou a des thérapeutiques personnalisées ? Sonne-t-elle le glas de la relation médecin-patient ? » Les médecins réunis lors du congrès de l’Ordre ont tenté de répondre à ces interrogations.

 

L’accessibilité aux tests génétiques via Internet rend ces questions plus pressantes. Mais la pression à la fois des patients qui mettent leur espoir dans ces tests et des firmes internationales qui y trouvent leur intérêt financier, ne doit pas faire oublier que ces tests « chamboulent le colloque singulier, la notion de consentement éclairé et le principe d’égalité dans l’accès aux soins ». La médecine prédictive ouvre la voie « aux stratégies de sélection des risques » que pourrait développer le monde assurantiel, et creuse les « inégalités entre ceux qui maîtrisent cette approche médicale et les autres ».

 

On trouve en vente sur internet un certain nombre de tests ADN qui « sont loin d’être l’alpha et l’omega de la médecine prédictive » qui se décline en :

  • Tests de « diagnostic présymptomatique » qui détectent des mutations pour anticiper et prévenir des pathologies,
  • Tests ciblés « évaluant la prédisposition à développer une maladie complexe dont on sait qu’un déterminant génétique est facteur de risque »,
  • ou encore des tests permettant d’« adapter les traitements en fonction de la capacité d’un patient à les digérer ».

 

A côté de ces tests fiables et encadrés, d’autres « sont plus branlants scientifiquement et contestables sur le plan éthique ». Pour le Pr Verloes, chef du département de génétique médicale à l’hôpital Robert Debré (AP-HP), c’est le cas des tests en vente libre aux Etats Unis qui « n’ont aucune valeur scientifique et ne livrent qu’un risque relatif faible » (cf. Gènéthique du 22 octobre 2015).

 

L’anthropologue Sylvie Fainzang met en garde contre ces tests qui « bousculent un certains nombre de paradigmes ». La médecine prédictive « réduit l’homme à ses gènes, faisant fi des autres dimensions des maladies », alerte-t-elle. L’homme devient alors un « tout biologique », un « homme machine » en face duquel « le médecin risque fort d’être réduit à un mécanicien ».

 

Le philosophe Pierre Coz estime quant à lui que « pour l’heure, les lois de bioéthiques font office de garde-fous ». Cependant « avant d’aller vers des êtres génétiquement modifiés, il faut un consortium pour nous empêcher de faire tout ce qui est techniquement possible ».

 

Le Quotidien du Médecin (5/11/2015)

Partager cet article

Synthèses de presse

Transidentité : « au détriment de la liberté d'expression, c'est la liberté de suppression qui prévaut »
/ Genre

Transidentité : « au détriment de la liberté d’expression, c’est la liberté de suppression qui prévaut »

281 personnalités dénoncent les propos tenus lors d’une « formation aux transidentités » dans une université française ce mois-ci ...
CRISPR : des porcs génétiquement modifiés bientôt sur le marché ?
/ Génome

CRISPR : des porcs génétiquement modifiés bientôt sur le marché ?

La société Genus a modifié génétiquement des porcs via CRISPR pour qu’ils puissent résister au syndrome dysgénésique et respiratoire porcin ...
Diabète : des scores de risque polygénique pour en prédire l’évolution
/ Génome

Diabète : des scores de risque polygénique pour en prédire l’évolution

Dans une étude publiée dans Nature, des chercheurs ont localisé 1289 marqueurs génétiques associés au diabète de type 2, dont ...

Textes officiels

Fiches Pratiques

Bibliographie

Lettres